Retour

La SPA de l'Estrie sous le choc après la découverte d'un grave cas de cruauté animale

Les inspecteurs de la SPA de l'Estrie sont intervenus d'urgence, le 31 janvier dernier, dans un logement de Lac-Mégantic où ils ont découvert un grave cas de cruauté animale.

Des accusations criminelles ont été déposées contre le propriétaire des animaux, Joseph-David Charles de Lac-Mégantic, parce qu'il aurait abandonné ses deux chiens et son chat en détresse.

C'est à la suite d'une plainte que les inspecteurs de la SPA de l'Estrie se sont rendus à ce domicile. Sur place, ils ont découvert les animaux complètement amaigris. « Ils avaient tout simplement la peau sur les os, carrément squelettiques. Étant donné leur état critique, les animaux ont immédiatement été saisis par nos inspecteurs et transportés au refuge afin qu’ils puissent recevoir d’urgence tous les soins vétérinaires requis », explique, d'entrée de jeu, la porte-parole de la SPA de l'Estrie, Geneviève Cloutier.

À la suite des examens des vétérinaires de l'organisme, un des chiens, un boxer croisé de quatre ans, a dû être euthanasié. « L’état de déshydratation fortement avancé dans lequel se trouvait l’animal ainsi que sa faible température corporelle indiquaient malheureusement que ce chien était tout simplement en train de mourir. Selon le vétérinaire, il s’agit du pire cas de maigreur qu’il lui avait été permis de constater durant sa carrière », ajoute Mme Cloutier.

Le chien ne pesait que 16 kilos alors qu’il aurait dû avoir un poids équivalent à près de 35 kilos.

En ce qui concerne l’autre chien et le chat, ces derniers souffraient également de malnutrition sévère et de déshydratation avancée. La petite chienne, âgée de 4 ans et de race Teckel ne pesait que 3 kilos, soit près de la moitié de son poids normal. Le chat, âgé d’environ 1 an, avait poids plus bas que la normale.

La SPA de l’Estrie profite de l'occasion pour rappeler l’importance de la dénonciation. « Si vous êtes témoins d’une situation de négligence ou si vous êtes seulement suspicieux, n’hésitez pas à communiquer avec vous sans tarder. C’est grâce à ces signalements, tous confidentiels, que nous pouvons porter secours à des centaines d’animaux, ici en Estrie. »

Le propriétaire des animaux s'expose à une amende de 5000 $, à une peine de six mois de prison et à une interdiction de posséder un animal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces