Retour

La tournée Entreprendre en région s'arrête en primeur à Sherbrooke

Sherbrooke accueillera en primeur mardi prochain la tournée provinciale Entreprendre en région, du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Un texte de Charles Beaudoin

La tournée, qui s’échelonnera sur deux ans, est financée par le gouvernement du Québec et vise à insérer l’immigrant dans l’écosystème socio-économique du Québec et faciliter la mise en oeuvre de son projet, qu'il s'agisse de démarrer une entreprise ou de s'en approprier une.

« On inverse la machine et au lieu de partir à l’international, on va plus cibler nos régions pour faire découvrir l’écosystème entrepreneurial à nos entrepreneurs issus de la diversité, leur faire rencontrer la communauté d’affaires un peu partout dans le Québec », s'emballe le président et directeur général du RJCCQ, Monsef Derraji.

Toute la journée, la délégation rencontrera différents intervenants du milieu des affaires pour éventuellement les recenser sur leur site Web et en faire une référence pour les entrepreneurs qui ne savent pas à quelle porte cogner pour démarrer leur projet.

La femme d’affaires et ancienne dragonne Danièle Henkel est l’ambassadrice de la tournée provinciale et sera au centre-ville de Sherbrooke lors du cocktail tenu à la P'tite grenouille en soirée pour rencontrer les entrepreneurs. Plus de 120 entrepreneurs sont attendus, dont une douzaine d'investisseurs issus de l'immigration, souligne-t-on.

« C’est elle qui donne un peu cette ampleur nationale au projet », se réjouit M. Derraji.

« Nous sommes très heureux du choix de la ville, parce que Sherbrooke a gagné récemment le titre de la ville la plus entrepreneuriale, pas seulement au Québec, mais au Canada en entier. On est très heureux de commencer le projet par un arrêt à Sherbrooke. »

La Chambre de commerce de Sherbrooke espère que l'activité permettra d'assurer une relève à certains entrepreneurs de la région qui n'ont personne actuellement pour prendre le relais de leur entreprise.

« Les gens cherchent de la relève entrepreneuriale. Il y a des entreprises qui n'ont pas de relève et qui pourraient fermer éventuellement. Là, ça ouvre la porte à des investisseurs immigrants. On va être en campagne de séduction », fait remarquer la directrice générale de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Louise Bourgault.

Plus d'articles