Les cas de toux canine seraient en hausse en Estrie cet été selon plusieurs observateurs de la région.

Communément appelée toux de chenil, celle-ci s'apparente à un rhume chez les chiens et est extrêmement contagieuse.

« Le chien va tousser beaucoup, ça peut être jour et nuit. C'est causé par un virus ou un mélange de virus et de bactéries qui causent une inflammation importante des voix respiratoires supérieures », explique le vétérinaire Thomas De Vette.

Si elle n'est pas traitée, la maladie peut causer une pneumonie. En cas d'infection, les chiens atteints peuvent prendre du sirop, des comprimés pour contrôler la toux ou des antibiotiques. Un vaccin est aussi disponible pour prévenir la maladie, mais il ne fonctionne pas à tous les coups.

« C'est juste une bonne grippe, c'est comme nous l'hiver, tu te sens moche un petit peu pendant une semaine et ensuite c'est terminé et on passe à autre chose », résume Kim Lauzon, finissante en technique en santé animale au Cégep de Sherbrooke et dont la chienne Daisy souffre actuellement de la toux de chenil.

Si les cas sont plus nombreux qu'à l'habitude, la situation n'est pas alarmante assure le vétérinaire.

Les chenils peuvent héberger jusqu'à 50 chiens en même temps. Pour les propriétaires de ces établissements, la maladie représente un véritable casse-tête, puisqu'elle peut apparaître parfois après 10 jours d'incubation.

« On désinfecte à chaque jour avec un atomiseur pour ça, mais pour aussi toute sorte de virus. C'est sûr que si un chien arrive et a une toux, une toux qui est comme s'il allait vomir, là, c'est sûr que ça nous allume une lumière. On va retourner le chien, on va appeler le propriétaire », mentionne Maude Fillion, animalière à l'Auberge de la niche.

Plus d'articles

Commentaires