Retour

Lac-Mégantic commémore les 5 ans de la tragédie

Voilà cinq ans vendredi qu'un déraillement de train au centre-ville de Lac-Mégantic a fait 47 victimes. Entre les appels à plus de sécurité dans le monde ferroviaire et un bilan fait par la Ville, la journée de commémoration s'annonce déjà bien remplie. Mais surtout, il sera question de rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie dans cette tragédie.

« Ça a commencé hier, avec la marche silencieuse jusqu'au monument, au cimetière », raconte Jean Clusiault, père de Kathy, morte le 6 juillet 2013. Pour lui, il est important de participer aux activités de commémoration, même si « ça remémore des choses ».

« Je l'ai vécu assez bien », confie-t-il tout de même. Après la marche, il s'est joint à ses neveux et nièces. « On a fêté ça un peu », raconte-t-il en riant. Puis, redevenu sérieux, il ajoute : « Pour moi, c'était important que je sois debout au moins jusqu'à 1 h 14. C'est là que ça a sauté. »

Ce vendredi, il était à l'église Sainte-Agnès, où une messe commémorative a été sobrement célébrée en présence de l'abbé Steve Lemay, qui a accompagné les citoyens de Lac-Mégantic durant la première année suivant la tragédie.

« L'église est devenue un symbole de leur résilience. La résilience de toute une communauté. Le premier rapport, ça a été d'offrir un lieu pour officialiser le deuil », a raconté l'ancien curé de la paroisse Sainte-Agnès.

Devoir de mémoire

Dès midi, un espace de mémoire temporaire sera aussi inauguré. « L'installation temporaire, elle est importante parce qu'on se souvient de ces cinq années pendant une semaine », souligne Sonia Dumont, responsable des communications au Bureau de reconstruction de Lac-Mégantic.

Lors de l'inauguration de l'espace, les gens seront notamment invités à faire un geste. « Vous verrez les voilures qui vont porter nos souhaits au-dessus de cet espace, qui est très chargé émotivement », mentionne-t-elle. Des souhaits qui seront « pour eux, pour les repères qu'ils ont perdus et pour ce qui s'en vient ».

L'espace de mémoire permanent, lui, ne sera inauguré qu'en 2019. Un comité représentatif de chaque membre de la communauté y travaille depuis septembre dernier, en collaboration avec l'Atelier Pierre-Thibault.

« C'est un groupe qui est très représentatif de ce que les Méganticois veulent pour cet espace. Un espace qui se veut un espace de joie et de vie, où on va pouvoir se recueillir, où on va pouvoir être ensemble pour vivre, tout simplement », note Mme Dumont.

Du yoga du rire

La journée a commencé par une séance des Matinées créatives. « Chaque mois, il y a un thème qui est imposé. Ce mois-ci, c'est l'intention. C'était très, très opportun dans le contexte du 6 juillet. Ce matin, on va commencer par un yoga du rire, parce qu'on le dit souvent : on ne rit pas parce qu'on est heureux, on est heureux parce qu'on rit. Ensuite, ce sera des intentions pour soi, pour la communauté et pour l'avenir de la ville », explique Sonia Dumont.

Une vingtaine de participants ont pris part à cette Matinée créative. « C'est pour nous aider à être joyeux, à avoir du bonheur. Comme ça, on va oublier la tragédie. On pourra être heureux et rire avec les autres », a lancé une jeune fille présente à la séance.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine