Retour

Lac-Mégantic : des professionnels réclament 30 M$ en honoraires et primes

Des professionnels et experts réclament un peu plus de 20 millions de dollars en honoraires et 10 millions en prime de risque pour le travail effectué dans le dossier de la tragédie de Lac-Mégantic, soit d'avoir géré la faillite de la Montreal Maine and Atlantic Canada (MMA) et d'avoir mis sur pieds le fonds d'indemnisation de 452 millions de dollars destinés aux victimes.

Six requêtes ont été déposées devant le juge Gaétan Dumas jeudi matin. L'avocat de la défunte MMA, Me Patrice Benoît, affirme que la gestion d'un tel dossier n'a pas de précédent. « C'est du jamais vu, il n'existe aucune situation de la complexité de la nôtre », a-t-il plaidé.

Les honoraires demandés sont de 20 millions de dollars, dont 12 millions seraient versés aux professionnels canadiens. Le reste irait aux professionnels américains. 

Les professionnels canadiens réclament en plus 10 millions supplémentaires en prime de risque. Me Benoît a précisé mardi matin qu'il n'y avait pas de garantie de succès, qu'ils ont travaillé sans percevoir de salaire. 

Dans le document présenté au juge Dumas, les professionnels rappellent le nombre d'heures consacrées à mettre sur pied le fonds d'indemnisation aux victimes de la tragédie et que peu d'entre eux avaient espéré en arriver à un montant de 452 millions, un succès directement attribuable à leurs efforts.

Le contrôleur, la firme Richter, chargée de mener le dossier, affirme notamment avoir géré environ 5000 demandes de réclamations de différents groupes de personnes (familles des victimes, personnes ayant subi des lésions corporelles, des dommages moraux, dommages matériels, réclamations gouvernementales, etc.).

L'avocate du gouvernement du Québec, Me Louise Comtois, croit de son côté que cette demande est prématurée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine