Retour

Le BAPE choisit une voie de contournement à Lac-Mégantic, mais n'écarte par le statu quo

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) retient deux scénarios sur les cinq proposés pour le possible réaménagement de la voie ferrée traversant le centre-ville de Lac-Mégantic. L'option 1, qui prévoit le maintien du tracé actuel, ainsi que l'option 3, qui prévoit la construction d'une voie de contournement.

Le BAPE étudiait trois scénarios de voie de contournement du centre-ville.

« L'option 3 [...] représente la voie de contournement la plus avantageuse et elle mérite une attention particulière en raison de ses avantages tant environnementaux que sociaux et économiques », peut-on lire d'entrée de jeu dans le rapport.

Cette option situe l'ouest de Frontenac comme point de départ à la déviation. La voie de contournement traverserait la rivière Chaudière avant de longer les voies existantes du parc industriel de Lac-Mégantic et de se terminer à l'intersection des routes 161 et 262.

Sur les cinq options présentées en consultation publique, il s'agit également de celle privilégiée par les municipalités de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac. Ses coûts sont estimés à 115 millions de dollars.

Le tracé actuel sur la table

Dans leurs conclusions, les commissaires du BAPE refusent d'éliminer l'option 1, qui est le maintien du tracé actuel. « La Ville de Lac-Mégantic et ses municipalités voisines, Nantes et Frontenac, devraient coordonner leurs efforts pour informer et consulter adéquatement leur population sur cette option », écrivent-ils.

Comme une étude d'impact est en préparation, ils recommandent qu'un chapitre soit consacré aux démarches qui auront été menées auprès des populations concernées et aux conclusions qui s'en dégagent pour permettre « une pleine compréhension des enjeux rattachés » au maintien de la voie ferrée au centre-ville de Lac-Mégantic.

Heurtel reste muet

Le ministre du Développement durable David Heurtel ne commentera pas le rapport du BAPE, mais le gouvernement confirme qu'il l'étudiera avec diligence. Le ministre avait le rapport en main depuis lundi dernier; il avait 15 jours pour le rendre public.

Plus de détails à venir

Plus d'articles

Commentaires