Retour

Le Café Baobab de Sherbrooke : changer le monde une tasse à la fois

Un nouveau café de quartier a ouvert ses portes dans le secteur du mont Bellevue mardi. Le Baobab, un projet porté par l'organisme L'Accorderie de Sherbrooke, souhaite changer le monde à sa façon.

Un texte de Geneviève Proulx

Situé rue Dunant, près de la rue Kingston, ce café est à but non lucratif. Les profits qui y seront amassés serviront à soutenir l'organisme l'Accorderie. « C'est de l'autofinancement. C'est pour permettre à tous les projets qui naissent à l'Accorderie de s'élever. C'est aussi parce que dans Ascot, nous n'avions pas de salle, de lieu pour permettre à la population du quartier de se rassembler », explique l'une des serveuses de l'endroit, Noémie Bélanger-Roberge.

Une soixantaine de bénévoles ont mis la main à la pâte pour concrétiser ce projet. Pose du plancher, peinture, installation du plafond suspendu : presque tout a été fait par des membres de l'Accorderie. Les tables, les chaises, une partie de la vaisselle et même les tuiles du plafond suspendu proviennent de l'Hôtel Wellington. Le comptoir de service a été offert par un membre de l'organisme qui rénovait sa cuisine. « Il y a peu de décoration pour l'instant parce que notre objectif est que les accordeurs aient un lieu auquel ils peuvent s'identifier. On voulait que tout le monde mette sa touche au café », indique-t-elle.

Bien que les serveuses soient rémunérées en bonne et due forme, le barista est bénévole : c'est un accordeur. « Il va être payé en temps d'Accorderie, nuance Noémie Bélanger-Roberge. Il va pouvoir choisir des services dans notre banque d'accordeurs. À l'heure actuelle, nous avons 400 membres. L'Accorderie, c'est un réseau d'échanges de services gratuits qui fonctionne un peu à la manière du troc. »

Halte au gaspillage alimentaire

Au-delà du café et des sandwichs offerts, l'endroit souhaite faire sa part pour envoyer le moins possible d'aliments dans les poubelles en proposant un menu original. « Une de nos missions est de faire la lutte au gaspillage alimentaire. Nous servons des potages et des smoothies qui sont faits à base des fruits et légumes donnés par Moisson Estrie. Cet organisme a une entente avec des épiceries de Sherbrooke pour récupérer les fruits et légumes moins beaux. Nous allons les transformer pour les servir par la suite », dit Mme Bélanger-Roberge.

Cette dernière apprécie que son employeur ne soucie pas de son apparence corporelle. « Quand je vais dans d'autres cafés, je ne vois jamais de filles enrobées, avec un surplus de poids qui travaillent. Ce n'est pas l'image que veulent projeter ces endroits. Je suis beaucoup le mouvement de la lutte au fat shaming et au body positive. C'est quelque chose que je n'aurais jamais pensé faire dans ma vie. Je suis contente! », raconte Noémie Bélanger-Roberge.

Le Café Baobab est ouvert du mardi au samedi de 7 h 30 à 15 h. Il est possible de louer la salle en soirée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine