Retour

Le cannabis au coeur du débat au conseil municipal jeunesse de Sherbrooke

Une quinzaine de jeunes de quatrième et de cinquième secondaires de Sherbrooke ont goûté à la politique municipale, mercredi soir, à l'occasion du conseil municipal jeunesse.

Les « élus » ont été choisis parmi une quarantaine de jeunes à l’automne par le Carrefour de solidarité internationale, qui chapeaute l'événement.

Ils se préparaient à relever ce défi depuis le mois de janvier, entre autres en suivant des ateliers dans le but de se familiariser avec leur nouveau rôle.

« Durant les rencontres, on leur montre comment faire une bonne argumentation, les prises de paroles, la politique municipale avec ses arrondissements. Après, on travaille un peu plus sur les thèmes », explique Maïté Dumont, du Carrefour de solidarité internationale.

Cette année, les candidats devaient débattre de la légalisation du cannabis et des lieux où il sera possible d’en consommer. Ils devaient également apporter des idées pour améliorer l’accessibilité aux sports et aux loisirs sur le territoire de la Ville.

« On va avoir un très bon débat », laissait par ailleurs entendre le jeune Dylan Richard, au micro d’Écoutez l’Estrie mercredi après-midi.

Ce dernier semblait avoir une idée très claire du mandat que devrait se donner la Ville une fois la légalisation du cannabis effectuée.

« Il faudrait choisir des établissements à l’image des cafés d’Europe dans lesquels on pourrait fumer le cannabis et avoir des produits dérivés », explique Dylan Richard, refusant d’envisager une consommation dans les parcs.

« Selon plusieurs études, la fumée secondaire du cannabis est aussi dangereuse que celle du tabac et ça pourrait causer des effets secondaires aux jeunes enfants. »

Le son de cloche était le même du côté de sa collègue Elmedina Topaku, qui prenait part au débat également.

« Je pense que du moment où on interdit des lieux au cannabis, des gens vont quand même y fumer. Si on choisit des lieux un peu plus privés, ce serait une meilleure solution », estime-t-elle.

Le débat était présidé par le conseiller municipal Vincent Boutin. Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, assistait aussi au conseil.

Une expérience appréciée

Par le passé, l'utilisation de planches à roulettes longues (longboards) et de trottinettes traditionnelles a été acceptée sur certaines pistes cyclables grâce à une recommandation du conseil jeunesse. Les deux élèves disent apprécier de pouvoir partager leur opinion avec la Ville.

« Je suis quelqu’un qui ne connaissait rien à la politique. Je ne savais pas qui était le maire de Sherbrooke. Je voulais apprendre davantage et voir comment ça fonctionne le conseil municipal à Sherbrooke et ailleurs. Quand j’ai été acceptée, j’étais vraiment contente et je ne regrette pas mon choix », note Elmedina Topaku.

« Je voulais découvrir le domaine politique et avoir la chance de donner mon opinion à la Ville, souligne Dylan Richard. Je voulais aussi prouver aux adultes que les adolescents ne sont pas indifférents à la politique. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine