Retour

Le centre de traitement en dépendances La maison ReNasci d'East Angus ferme ses portes

Les changements à l'aide sociale ont coûté cher à La maison ReNasci. Le centre de traitement en dépendances d'East Angus se voit obligé de fermer ses portes après six ans d'opération.

Trente-deux résidents aux prises avec des problèmes de dépendance à l'alcool ou aux drogues se retrouvent ainsi forcés de se trouver un nouveau toit. La direction soutient que la fermeture est une conséquence directe de la réforme de l'aide sociale qui réduit les allocations pour les bénéficiaires.

« Les difficultés s'accumulent. Les masses salariales sont les mêmes avec les mêmes revenus. Je suis obligé de fermer par manque d'argent », explique le directeur général chez ReNasci, Jean-Luc Marquis, en entrevue à Écoutez l'Estrie

Depuis le mois de mai, les revenus mensuels des prestataires hébergés en maison de thérapie ou de réinsertion sociale sont passés de 747 $ à 200 $. Une thérapie en hébergement coûte environ 300 $ par mois à un résident.

« À moins d'un mois d'avis, les résidents ont appris que leurs revenus tombaient à 200 $, ce qui les empêche de payer les frais de thérapie, les déplacements, les frais de médicaments. C'est la maison qui assume ces frais-là depuis. Là, on ne peut plus », dénonce-t-il. 

Pour ReNasci, le manque à gagner représente la moitié de la masse salariale, soit 155 000 dollars. La maison de thérapie employait 12 personnes. Ils perdent tous leur travail. 

D'autres fermetures à prévoir

Jean-Luc Marquis ignore comment les autres maisons de thérapie arrivent à boucler leur budget. « Est-ce que ce sont des OSBL qui ont des dons? Ou peut-être que leurs masses salariales sont diminuées? Je ne peux pas m'avancer là-dessus », mentionne-t-il.

Il prévoit cependant que d'autres centres seront eux aussi obligés de mettre la clé dans la porte.  « Il va y avoir d'autres problèmes, c'est certain. C'est un besoin criant. La toxicomanie, c'est une maladie », rappelle-t-il. 

Les résidents de ReNasci seront tous relocalisés. Plusieurs centres se sont déjà montrés intéressés à les prendre. 

Plus d'articles

Commentaires