Retour

Le cinéma québécois dans l'oeil de jeunes étudiants de Sherbrooke

Le cinéma québécois véhicule la réputation d'être morne et terne. Grâce à leur participation au Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ), de jeunes étudiants du Cégep de Sherbrooke ont pourtant réussi à lui trouver un côté lumineux. Notre chroniqueur urbain, Dominic Tardif, a recueilli leurs confidences.

« Notre cinéma, oui, il est assez gris, et c'est pour ça que depuis quelque années, le public s'en éloigne. La présence du cinéma américain est [aussi] énorme. Ça nous détourne de notre cinéma », analyse l'étudiante en arts et lettres de 19 ans, Alexe Laroche. 

Reste qu'il faut, selon elle, reconnaître le talent de nos artisans du grand écran.

Le PCCQ repose sur un processus impliquant des étudiants de partout en province. Chaque établissement qui y participe doit former un jury étudiant, lequel devra choisir son film préféré parmi les cinq oeuvres sélectionnées. Des délégués étudiants se rencontrent ensuite pour défendre leur choix, avant de désigner un grand gagnant. 

Les films sélectionnés cette année : Corbo, Guibord s'en va-t-en guerreChorus, Félix et Meira ainsi que Le profil Amina.

Le choix du Cégep de Sherbrooke? Chorus, l'histoire d'un couple qui a perdu un enfant. « Ce qui est touchant dans ce film-là, c'est de les suivre à travers ce deuil, de les comprendre », souligne Alex. 

À l'avant-garde

L'enseignante responsable du PCCQ à Sherbrooke, Valérie Caron, s'avoue surprise d'une année à l'autre par le choix des étudiants. « Je trouve que les étudiants ont tendance à pousser les films d'avant-garde. L'année dernière, ils ont privilégié Tu dors Nicole, devant Mommy  », fait-elle remarquer. 

C'est le jeune étudiant en sciences, lettres et arts David Zuchoski, 20 ans, qui a été nommé délégué du Cégep de Sherbrooke. Il admet que l'expérience du PCCQ a réveillé chez lui un intérêt pour le cinéma québécois. « Je vais retourner voir au cinéma des films du Québec. Ça me fait plaisir et j'adore voir à quel point les réalisateurs sont exceptionnels », conclut-il. 

Le Prix collégial du cinéma québécois sera remis le 19 mars.

Plus d'articles

Commentaires