Retour

Le CIUSSS de l'Estrie garde le cap vers l'équilibre budgétaire

Face à un déficit qui devrait avoisiner les 23 millions de dollars au printemps, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS s'estime toujours capable de revenir à l'équilibre budgétaire au printemps suivant, en 2019.

Un texte de Charles Beaudoin

Le conseil d’administration de l'établissement a adopté jeudi soir la deuxième portion du plan prévoyant le retour à l’équilibre budgétaire en 2018-2019 qu'il avait voté en octobre dernier.

« C'est un déficit contrôlé qu'on va résorber d'ici 2018-2019 et qui reste conforme à ce qui nous a été autorisé par le ministère de la Santé », a indiqué Pierre-Albert Coubat, directeur des ressources financières et de la logistique.

Pour atteindre son objectif, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS entend se concentrer sur trois aspects qui représentent un potentiel de 32 millions de dollars d'économies récurrentes : l’amélioration de la gestion des ressources humaines, de la gestion transversale, dont la gestion des fournitures médicales et non médicales, ainsi que l'amélioration des activités avec les équipes sur le terrain.

Il s'agit cependant d'un plan qui demeure préliminaire, puisque les intentions du gouvernement provincial pour 2018-2019 ne seront annoncées qu'au printemps.

« Le prochain budget du CIUSSS de l’Estrie–CHUS et le plan d’équilibre budgétaire seront ajustés lorsque l’ensemble de l’information sera disponible », mentionne M. Coubat.

Absentéisme au travail

Avec près de 80 % du déficit attribuable à l'absentéisme de la main-d'oeuvre et aux heures supplémentaires ainsi engendrées pour les employés appelés à prendre la relève, le directeur des ressources financières s'est montré doublement sensible au cri du coeur lancé par l'infirmière Émilie Ricard plus tôt cette semaine.

« [Il y a] le côté des chiffres et le côté humain, opine M. Coubat. Le budget est composé au trois quarts de salaires, donc c'est clair qu'en améliorant les conditions de nos employés, en améliorant la disponibilité de nos employés pour nos usagers, on améliorera la situation financière également. »

« Pour nous, ce qui est important, c'est que la situation des patients ne soit pas en danger. Est-ce que c'est épuisant de vivre un quart comme ça, quand il manque une personne pour certains de nos employés? C'est clair. Et on est reconnaissant au niveau de l'engagement des employés de l'ensemble du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. On travaille fort pour amener le personnel requis et éviter les situations où il manque une employée. Au niveau des préposées au bénéficiaires et des infirmières auxiliaires, on engage deux fois plus de personnel. On progresse », a assuré Pierre-Albert Coubat.

Plus d'articles