Retour

Le client allergique au saumon poursuit le restaurant Le Tapageur de Sherbrooke

Le Bistro Le Tapageur est poursuivi par Simon-Pierre Canuel, ce client qui dit s'être fait servir un tartare de saumon même s'il y est allergique. Le Gatinois demande aux propriétaires et au serveur responsable un montant de 415 000 $.

En septembre dernier, le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait décidé de ne pas porter d'accusation de négligence criminelle contre le serveur qui aurait servi le mauvais plat à M. Canuel.

Le jeune homme raconte s'être fait servir sans s'en rendre compte un tartare de saumon au lieu du tartare de boeuf qu'il avait commandé. Il affirme également avoir averti le serveur de son allergie et ajoute avoir vu ce dernier prendre des shooters au cours de la soirée.

Dans la poursuite, il est inscrit que le serveur « semblait peu concentré à son travail » et « consommait des boissons alcooliques avec les personnes attablées à une table voisine ».

La première bouchée du tartare a provoqué chez Simon-Pierre Canuel un choc anaphylactique. Il a été hospitalisé une semaine au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) pour traiter sa grave réaction allergique. Il n'avait pas avec lui son EpiPen.

Des conséquences physiques et psychologiques

En plus de son hospitalisation, Simon-Pierre Canuel affirme dans la poursuite avoir subi, entre autres, un arrêt cardiaque et être tombé dans le coma pendant deux jours. Il ajoute que son coeur, jusqu'à la mi-juillet, était si faible qu'il ne supportait aucun effort physique.

Il précise vivre des crises d'angoisse depuis le jour de l'événement, en plus d'avoir des troubles du sommeil et d'avoir développé une phobie reliée à la nourriture.

Simon-Pierre Canuel réclame 390 000 $ pour lui et 25 000 $ pour les dommages subis par son conjoint, qui l'accompagnait le soir de son souper au Tapageur, en mai dernier.

Dommages, faute et lien de causalité

Selon le professeur de droit à l'Université de Sherbrooke, Guillaume Rousseau, le dépôt de cette poursuite au civil n'est pas si étonnant étant donné qu'il semble y avoir eu d'importants dommages. Or, outre les dommages, le rôle du juge sera de déterminer s'il y a eu faute, soit de la part du restaurateur ou du serveur, et s'il y a un lien de causalité entre les dommages subis et la faute qui aurait été commise.

Il faut qu'il y ait les trois éléments.

Guillaume Rousseau

Quant à l'argent réclamé pour le conjoint de M. Canuel, il faut qu'il y ait une preuve des dommages subis, poursuit-il. « Ça arrive, mais c’est une question de preuve. Le simple fait d’être le conjoint d’une personne ne suffit pas. […] Ça prend vraiment un dommage particulier pour le conjoint », explique-t-il.

Le 9 août dernier, les avocats de Simon-Pierre Canuel avaient transmis au restaurant Le Tapageur une mise en demeure « pour compenser [leur] client pour dommages subis », sans toutefois préciser de montant.

Plus d'articles

Commentaires