Retour

« Le coeur a des yeux qui ne mentent jamais! »

Sandra et Jean-Paul Turgeon vivent un amour aveugle depuis plus de 50 ans. À l'occasion de la Saint-Valentin, voici l'histoire inspirante d'un couple de non-voyants qui a eu deux enfants et qui connaît une vie presque normale.

C'est à l'Université de Londres que Jean-Paul Turgeon a rencontré Sandra en 1966. Comme elle, il voulait devenir physiothérapeute. « La seule école connue [...] pour les personnes aveugles, c'était à Londres », raconte M. Turgeon.

« Il m'a tombé dans l'oeil tout de suite », renchérit son épouse en riant. « Le coeur a des yeux qui ne mentent jamais », ajoute-t-elle d'un ton plus solonnel. Sans jamais le voir, elle a été charmée par ce Québécois qui parlait très peu l'anglais. « Il avait une voix très sexy. Puis, il avait besoin d'aide. » Les tourtereaux ont uni leur destinée en 1968 et depuis, ils vivent toujours l'un pour l'autre. « La recette, c'est la communication, être capable de parler », croit Mme Turgeon. « Aussi, il ne faut pas laisser les choses s'envenimer. On n'est pas sans avoir des accrochages à l'occasion », ajoute son amoureux.

Le couple a élevé deux enfants : Steven, qui demeure à Edmonton et Sylvie Anne. qui est à Montréal. « J'ai grandi normalement. Mes parents ont tout fait pour que moi et mon frère, on ne voit pas la différence d'être dans une famille de non-voyants. Ils ont toujours été là, à toutes les pratiques de soccer, toutes les pratiques de baseball, toutes les rencontres avec les professeurs. On n'a jamais manqué de rien et surtout pas d'amour », explique Sylvie Anne.

Et comme bien d'autres couples, ils fêteront la Saint-Valentin mardi. Un souper à leur restaurant préféré est prévu. « Par contre, on n'a pas besoin de mettre des chandelles sur les tables : on ne les verra pas! », rigole Mme Turgeon.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu manges du yogourt passé date?