Retour

Le comportement agressif d'un chauffeur d'autobus scolaire dénoncé à Magog

Si elle fait généralement le bonheur des enfants, la cloche marquant la fin des classes a plutôt signifié le début d'un cauchemar pour des élèves de l'école primaire Princess Elizabeth, mercredi, lorsqu'un chauffeur d'autobus est soudainement devenu agressif.

Après avoir amorcé le retour à la maison, le chauffeur aurait menacé ses passagers, allant même jusqu'à pousser l'un des élèves à bord. Même si les enfants étaient quelque peu bruyants, la réaction du chauffeur est exagérée, estime Hannah Rediker-Sheldon, 13 ans, qui a été témoin de la scène.

« Il poussait des enfants, il était violent et disait à certains qu'ils n'allaient jamais revoir leur mère, mentionne-t-elle. On a amené certains des plus petits avec nous à l'arrière afin de les protéger de lui et ils ouvraient les fenêtres pour appeler à l'aide. »

« Elle criait, elle pleurait. Elle a 13 ans; elle ne pleure pas pour rien. Elle était toute rouge et elle était vraiment triste », déplore sa grand-mère, Paula Rediker.

Déconcertés par ce qu'ils jugent être un comportement inapproprié, beaucoup de parents se sont par ailleurs rendus à l'école jeudi après-midi pour récupérer leurs enfants, dont plusieurs sont toujours sous le choc. Ces derniers ne voulaient pas retourner dans l'autobus.

Megan Crook a reçu un appel vidéo de son fils pendant qu'il était dans le véhicule.

« Il criait et pleurait, c'était hystérique. On pouvait voir la terreur dans le visage des enfants, et il a raccroché rapidement parce que le chauffeur approchait et qu'il ne voulait pas avoir d'ennuis », signale Mme Crook.

Plusieurs réclament que la Commission scolaire Eastern Townships sanctionne son employé. Affirmant prendre la situation très au sérieux, la Commission scolaire a reconnu qu'un incident était survenu à bord d'un autobus, en plus de mentionner qu'une enquête était en cours et que les mesures appropriées seraient prises une fois l'ensemble des informations recueillies. Il a toutefois été impossible de savoir si le chauffeur visé travaillait toujours jeudi. Une lettre a également été acheminée à l'ensemble des parents pour les informer de l'incident.

Plus d'articles