Retour

Le Conseil de la culture de l'Estrie inquiet pour son avenir

La nouvelle politique québécoise de la culture, qui doit être déposée d'ici la fin de l'année, inquiète le Conseil de la culture de l'Estrie, qui craint ne pas avoir les moyens de poursuivre ses objectifs.

Dévoilé en juin, le document de consultation sur la politique culturelle ne fait aucune mention des Conseils de la culture de la province, fait remarquer la présidente du c.a. du Conseil de la culture de l'Estrie, Sylvie L. Bergeron.

« On est dans un climat d'incertitude. La nouvelle politique culturelle va être déposée bientôt après de nombreuses consultations et nous ne sommes pas nommés dans la nouvelle politique culturelle, tandis qu'on l'était dans la dernière... »

Le ministère de la Culture octroie 170 000$ annuellement au Conseil de la culture de l'Estrie pour l'aider à développer les arts et la culture sur son territoire, un montant inchangé depuis plusieurs années, mentionne Mme Bergeron.

« C'est ça qui est inquiétant aussi. Où s'en va-t-on? Peut-être qu'on va nous donner des mandats très spécifiques et que pour faire du vrai développement régional, il faudra trouver d'autres sommes chez d'autres partenaires. »

« On veut faire du développement à 360 degrés et ça, ça prend des ressources et du financement pour le faire dans tous les secteurs et pour toutes les municipalités.

Malgré tout, la présidente c.a. du Conseil dit avoir confiance en Luc Fortin, le ministre de la Culture et des Communication et député de Sherbrooke.

« On l'a dans notre cour, alors aussi bien en profité. On a eu des correspondances et des consultations avec lui, et il est très à l'écoute. »

Plus d'articles

Commentaires