La campagne électorale est officiellement lancée. Au cours des 78 prochains jours, les différents candidats en Estrie tenteront de convaincre les électeurs de voter pour eux.

Un texte de Carl Marchand

Lors des dernières élections en 2011, comme à bien des endroits au Québec, la vague orange a déferlé sur l'Estrie. La région, qui comptait six députés bloquistes, n'en compte plus qu'un. Sherbrooke envoie Pierre-Luc Dussault qui, à 19 ans, devient le plus jeune député de l'histoire du Parlement.

Quatre ans plus tard, les néo-démocrates auront fort à faire pour conserver leurs acquis.

Toutefois, le professeur de politique au Cégep de Sherbrooke Antonin-Xavier Fournier croit qu'ils ont un atout dans leur manche qu'ils vont brandir régulièrement pour attaquer le gouvernement : la sécurité ferroviaire.

« Ce qui s'est passé à Lac-Mégantic est essentiellement de compétence fédérale. Il sera extrêmement difficile pour le gouvernement conservateur de se défiler sur la question, soutient-il. Toute la polémique qu'on a connue au cours des dernières semaines avec les inspections plus ou moins légales qui se sont déroulées dans le coin de Lac-Mégantic devrait très certainement rejaillir dans la campagne particulièrement au niveau régional, mais peut-être aussi au niveau national. »

Le Parti conservateur de Stephen Harper est cependant loin de faire une croix sur la région.

Christian Paradis ne sollicite pas un autre mandat dans Mégantic-L'Érable, mais l'ancien maire de Thetford Mines Luc Berthol tentera de conserver la circonscription. Les conservateurs essaient de trouver un terrain fertile avec les candidatures vedettes du maire de Victoriaville Alain Rayes, dans Richmond-Arthabaska, et de Pascale Déry, dans Drummond.

Un pari risqué

Une longue campagne est risquée pour toutes les formations, mais peut-être un peu plus pour le gouvernement qui l'a déclenchée, selon Antonin-Xavier Fournier.

Malmenés en 2011, les libéraux souhaitent faire une percée rouge en Estrie.

Les libéraux espèrent aussi faire des gains en octobre, notamment dans Compton Stantead, où se présente Marie-Claude Bibeau, la directrice du musée des sciences et de la nature de Sherbrooke et conjointe du maire de Sherbrooke Bernard Sévigny, et de Denis Paradis, qui essaiera de reprendre son siège dans Brome-Missisquoi.

Dans Sherbrooke, l'ex-député bloquiste Serge Cardin est toujours en réflexion.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine