Retour

Le déneigeur négligent de la route 122 en mène large au Québec

Le sous-traitant du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), montré du doigt dans le rapport du coroner Yvon Garneau, est sous la loupe de l'organisation. Radio-Canada a appris que le Ministère passe au peigne fin le travail de l'entreprise Camions Denis Lefebvre pour l'hiver 2016-2017, mais le travail sera plus long que prévu. L'entrepreneur est responsable en tout de 18 contrats d'entretien hivernal dans la province.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

La négligence de l'entrepreneur de Saint-Cyrille-de-Wendover dans l'entretien hivernal de la route 122 soulevée par le coroner Garneau pour expliquer la mort d'une adolescente de 14 ans, à Saint-Edmond-de-Grantham, ne laisse pas indifférent le MTMDET.

Yvon Garneau était catégorique, la mort d'Océane Pagé-Dufour était évitable.

Le ministre Laurent Lessard avait alors immédiatement ordonné une réévaluation du travail de l'entrepreneur. Il n'était pas exclu que le contrat soit résilié.

Le Ministère a commencé la réévaluation des dossiers de Camions Denis Lefebvre. Mais nous ne sommes pas encore capables de tirer des conclusions.

Guillaume Paradis, porte-parole du ministère des Transports, de la Mobilité et de l'Électrification des transports

Le travail de réévaluation est colossal, indique M. Paradis.

C'est qu'il faut savoir que l'entreprise a également des contrats avec le Ministère pour l'entretien hivernal de routes dans la région de Chaudière-Appalaches, au Centre-du-Québec, en Montérégie, en Estrie, mais aussi sur la Côte-Nord.

On veut l'ensemble du portrait, on veut avoir le plus d'informations possible pour prendre les meilleures décisions.

Guillaume Paradis, porte-parole du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports

L'entrepreneur concerné, Camions Denis Lefebvre, a refusé de commenter le dossier.

Un entrepreneur connu du Ministère

Camions Denis Lefebvre ne figure pas présentement sur la Liste des entrepreneurs ou prestataires de services ayant obtenu un rapport de rendement insatisfaisant, disponible sur le site web de l'organisation, mise à jour le 4 janvier 2017.

Toutefois, l'entreprise a été inscrite sur cette « liste noire » à deux reprises dans le passé pour des travaux de déneigement et de déglaçage.

Il n'a pas pu soumissionner auprès du Ministère pour de tels contrats entre 2001 et 2003 ainsi qu'entre 2006 et 2008.

La loi des contrats publics prévoit qu'un entrepreneur peut être exclu pendant une durée de deux ans. On n’aurait pas la possibilité d'aller au-delà de ça pour l'instant.

Guillaume Paradis, porte-parole du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports

Le MTMDET dit être au courant de cette information, mais que les pouvoirs d'exclusion sont limités puisque les règles qui permettraient d'exclure une entreprise sur la base des rendements insatisfaisants sont déterminées par la loi des contrats publics.

Un rapport qui fait réfléchir

Par ailleurs, le rapport du coroner Yvon Garneau a permis d'entamer une réflexion beaucoup plus importante nous dit-on au MTMDET.

Le Ministère dit avoir fait le constat que les évaluations de rendement sont faites bien des mois avant que les autorités compétentes, par exemple le Bureau du coroner, les corps policiers ou la CNESST, aient terminé leur enquête.

« On doit analyser d'autres mesures pour mieux prendre en comptes ces rapports-là », mentionne Guillaume Paradis.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine