Retour

Le Festival Amalgam célèbre l'art urbain à Sherbrooke et fait revivre les « Marches »

Le coup d'envoi du Festival d'art urbain Amalgam aura lieu vendredi au défunt Café du Palais du centre-ville de Sherbrooke. Avis aux nostalgiques : les fameuses « Marches » reprendront vie durant trois jours, mais cette fois, le rock fera place aux œuvres éclatées des artistes urbains.

Un texte de Christine Bureau

« On s'attend à ce qu'il y ait beaucoup de gens curieux qui veulent voir ce qui se passe avec l'ancien local des "Marches du Palais". Ils vont venir se remémorer de bons souvenirs », croit le cofondateur du Festival, Vincent Cloutier.

Plus d'une cinquantaine d'œuvres seront exposées du vendredi soir jusqu'au dimanche. Et bon nombre d'auteurs de ces œuvres seront sur place pour rencontrer les visiteurs. Une rare occasion, selon Vincent Cloutier, « de découvrir leur travail ».

C'est la deuxième année que la galerie temporaire s'installera sur la ruelle Whitting. Mais l'ancien local du Café du Palais n'est pas choisi que par excès de nostalgie. Il est également situé tout près de l'échangeur des Grandes-Fourches Nord, là où se déroule depuis cinq ans le cœur du Festival Amalgam.

Cette année, plus d'une cinquantaine d'artistes y participeront. Ils viennent des quatre coins du Québec, et même de France et de Belgique.

« Ils vont être là pour réaliser des œuvres. Ça va être vraiment impressionnant. Beaucoup de couleurs, beaucoup de vivacité. Ça va transformer un peu le paysage urbain », se réjouit Vincent Cloutier.

En même temps que se colorent les murs de béton, de la danse, du cirque de rue et de la musique animeront le site d'Amalgam.

Une autre activité spéciale

Enfin, le Festival se clôturera dimanche soir par la diffusion de Retour aux Sources à la Maison du Cinéma, un documentaire sur un artiste urbain originaire du Cambodge.

Le film suit FONKi jusqu'au Cambodge, où il retourne des années après que sa famille ait fui les Khmers rouges.

« C'est un bel exemple de reconstruction qui se fait à travers l'art. Ça rejoint un peu l'objectif de notre festival, qui vise à animer le centre-ville, rendre ça vivant et changer le paysage urbain dans lequel les Sherbrookois évoluent jour après jour », conclut Vincent Cloutier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine