Retour

Le leurre informatique de plus en plus utilisé par les cyberprédateurs, y compris à Sherbrooke

Ce n'est pas un hasard si plusieurs cas de leurre informatique ont fait les manchettes au cours des dernières années, à Sherbrooke comme ailleurs. Selon les plus récentes statistiques du ministère de la Sécurité publique, les cas de leurre d'enfant par ordinateur sont en hausse de plus de 67 % au Québec. 

Un texte de Brigitte Marcoux

En 2014, 413 cas ont été enregistrés contre 246 en 2013. Près de la moitié des victimes sont des adolescentes âgées de 12 à 14 ans.

À Sherbrooke les chiffres montrent la même tendance. Le rapport annuel du Service de police de Sherbrooke 2014 a recensé 18 événements en matière de leurre d'enfant. L'année précédente, il n'y en avait eu qu'un seul.

Avec les cas de leurre informatique mis au jour dans les derniers mois, les statistiques qui seront dévoilées cet automne à Sherbrooke dans le rapport 2015 risquent encore d'être à la hausse. En voici un bref aperçu. 

SIMON FORTIER 

En octobre 2014, le cas de Simon Fortier a créé tout un émoi à Sherbrooke. L'ex-enseignant d'éducation physique a fait plus d'une centaine de victimes. Fortier s'était fait trois profils différents sur Facebook et contactait de jeunes filles en disant qu'il travaillait pour une agence de mannequins. Sa sentence sera connue plus tard cette année. Il risque jusqu'à 15 ans d'emprisonnement.

RENÉ ROBERGE 

En juin 2015, le Sherbrookois René Roberge a écopé de 10 ans de prison aux États-Unis après avoir avoué s'être rendu en Floride dans le but d'avoir des relations sexuelles avec un mineur. Il s'agissait d'un jeune âgé de 14 ans qu'il avait abordé sur Internet.

FRÉDÉRIC BEAUDOIN

En avril dernier à Magog, Frédéric Beaudoin a été arrêté après avoir contacté par Facebook sept jeunes filles âgées de 14 à 16 ans. Il aurait expliqué qu'il cherchait une gardienne d'enfants ou une femme de ménage. Trois d'entre elles se sont présentées au domicile du suspect.

ROBERT PELLETIER

Arrêté en septembre 2015, l'ex-psychologue scolaire Robert Pelletier est un autre cas qui a fait beaucoup jaser. Il a été reconnu coupable lundi de leurre informatique d'un adolescent. Robert Pelletier était à l'emploi de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke  depuis 18 ans et il oeuvrait dans deux écoles primaires.

CLAUDE-AUGUSTE PIANT

Le plus récent cas remonte aux dernières heures. Claude-Auguste Piant, 61 ans, a comparu au palais de justice de Sherbrooke. Il a été accusé entre autres, de leurre informatique d'une adolescente de 15 ans. Le suspect, de nationalité française, serait arrivé au Québec samedi dans le seul but de venir à sa rencontre.

Le rôle des parents 

Selon le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), la vigilance des parents peut servir à contrer ce genre de crime. 

« Il est important que les parents s'informent sur les nouvelles technologies utilisées par leurs enfants. Ils doivent aussi garder le dialogue ouvert afin de savoir ce qu'ils font sur Internet », explique Mélanie Sarroino, agente de liaison pour le CALACS.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine