Retour

Le maire de North Hatley se penchera sur le cas du prétendu guérisseur de l'Église Inter-Foi

La Municipalité de North Hatley se penchera sur le dossier du prétendu guérisseur Jean-François Labrie, accusé de pratique illégale de la médecine par le Collège des médecins, même si rien n'empêche pour l'instant M. Labrie  de continuer à offrir ses services. 

« Une fois qu'on aura les documents en main, c'est sûr qu'on va se pencher du côté de la loi. Si on est capable de fermer les portes [de son église], on le fera », a affirmé le maire de North Hatley, Michael Page.

Le maire de North Hatley a appris par les médias les accusations portées contre Jean-François Labrie. Selon le Collège des médecins du Québec, le prétendu guérisseur est toutefois en droit de continuer à recevoir des clients, tant qu'il n'a pas reçu une injonction lui interdisant de le faire. 

Le maire souhaite que le Collège puisse en arriver là. « c'est important que le Collège des médecins fasse ce qu'il a à faire. S'il fait des pratiques illégales, qu'on l'arrête », a-t-il poursuivi. 

Le révérend de l'Église Inter-Foi à North Hatley, Jean-François Labrie, a reçu 28 chefs d'accusation de la part du Collège des médecins du Québec, en lien avec 4 patients qu'il a traités. Il est notamment accusé d'avoir laissé croire qu'il pouvait exercer la médecine, d'avoir exercé illégalement la médecine, d'avoir prescrit des traitements et d'avoir émis des diagnostics.

L'automne dernier, l'émission La Facture a révélé les pratiques de M. Labrie, qui prétend opérer à mains nues. Depuis, il a mis son église à vendre, mais les clients continuent d'affluer. Ceux-ci sont invités à verser une contribution volontaire de 80 dollars pour les traitements.

Des taxes à percevoir

Même s'il dit trouver le dossier « préoccupant », le maire veut aussi se pencher sur les taxes municipales que devrait payer selon lui M. Labrie. « Ce qui nous concerne, comme municipalité, c'est qu'il paye ses taxes comme tout le monde », a-t-il souligné. 

Reconnue comme un lieu de culte par le Tribunal administratif du Québec en 2012, l'Église spirituelle Inter-Foi ne paie ni taxes ni impôts. 

« Du côté municipalité, du côté des revenus, on sait qu'il ne payait pas de taxes, mais j'imagine que ça va tout embarquer dan cette enquête-là », présume M. Page.

Le maire ignore si tous les résidents sont au courant des activités qui se déroulent dans l'église de M. Labrie. S'ils le savent, c'est par l'intermédiaire des médias, a-t-il précisé. 

Plus d'articles

Commentaires