Retour

Le National Geographic salue le travail d'un Sherbrookois

Un Sherbrookois a eu l'honneur de voir une de ses photos être choisie dans les photos du jour de la section « Your Shots » du site internet du National Geographic. L'oeuvre de Serge Chénard, intitulée A snowy morning, met en vedette un harfang des neiges et était au nombre des 12 clichés choisis par l'éditeur mercredi.

La photo a également été la préférée des internautes ce qui lui a valu une place sur le compte Instagram du magazine. À ce jour, quelque 21 000 personnes ont aimé le cliché et près de 200 personnes ont laissé un commentaire sur le réseau social.

Humble, le photographe amateur refuse d'y voir là une quelconque consécration. « Je viens tout juste de m'inscrire à ce site. C'est la première photo que je leur envoie et ils l'ont choisie. Je ne sais pas trop ce que ça représente », raconte-t-il.

Selon lui, cette photo est la plus belle qu'il ait prise depuis qu'il pose sa lentille sur les oiseaux. « J'ai commencé en numérique en 2010. C'est une des premières que j'ai faites. C'était à Baie-du-Febvre, dans un champ agricole. Les harfangs sont souvent là, mais c'est la première année que j'en voyais », se rappelle celui qui gagne sa vie dans le domaine de la rénovation.

Une seconde qui change tout

Et le hasard n'a rien à voir avec la qualité et l'ambiance que dégagent cette photo. « C'est une question de seconde. La composition est bonne et même le brin d'herbe à droite fait en sorte que la photo est belle. On voit bien les flocons. Pour y arriver, j'ai dû me placer pour avoir une vieille grange en arrière-plan. Si ça avait été le ciel derrière, on n'aurait pas pu voir les flocons », analyse-t-il.

Aussi, on voit l'oiseau se secouer pour se défaire de la neige qui était tombée sur lui. Le photographe a appuyé plus d'une fois sur son déclencheur pour arriver au résultat désiré. « J'ai pris beaucoup de photos. Je voulais que le harfang accepte ma présence. Je prenais quelques photos puis je me rapprochais. J'en prenais d'autres et je me rapprochais encore. La photo finale a été prise alors que je me trouvais à une cinquantaine de pieds de lui. »

Des prix et encore des prix

Ce n'est pas la première fois que Serge Chénard voit l'une de ses oeuvres être récompensée. Par le passé, il a remporté le premier prix du concours 2013 du magazine Nature et un deuxième prix du concours Reflet de la nature organisé par Biosphère Magazine, entre autres. Maintenant, c'est sur un prix international que le photographe veut mettre la main et peut-être même voir son nom sur la couverture d'un livre consacré à la photographie d'oiseaux.

C'est sûrement la patience qui fait de Serge Chénard le photographe exceptionnel qu'il est devenu. « Je me suis levé à 3 h cette nuit, ma journée de congé, pour être à l'étang à 4 h 30 pour pouvoir photographier un martin-pêcheur. Il faut être là avant que le soleil se lève sinon, ils partent. J'ai attendu de longues heures sans rien faire, sans bouger pour pouvoir le photographier. » Pas étonnant d'apprendre que désormais toutes ses journées de congé et de vacances sont dédiées à son passe-temps.

C'est la pratique du canot-camping qui l'a mis en contact avec les oiseaux au départ. « Au début, je photographiais surtout des huards. Maintenant, j'ai réussi plusieurs photos d'oiseaux rares comme la sturnelle des prés ou la maubèche des champs. Mais je suis conscient qu'on ne réussit pas de bonnes photos toutes les semaines. Si j'en ai un ou deux par année, je suis content. »

Pour voir les oeuvres de Serge Chénard, il est possible de visiter son site internet : sergechenard.zenfolio.com

Plus d'articles

Commentaires