Retour

Le nerprun bourdaine, un monstre sous surveillance à Magog

L'Association du Marais-de-la-rivière-aux-Cerises à Magog, LAMRAC veut prévenir l'invasion. Le nerprun bourdaine, un arbuste exotique envahissant, s'est déjà enraciné à plusieurs endroits sur le site.

Un texte de Annie Corriveau

La plante décorative a été introduite d'Europe en Amérique du Nord. Ses petits fruits attirent les oiseaux, mais c'est aussi, en partie à cause d'eux, que les graines voyagent et prolifèrent.

L'exemple de Granby

Pour s'inspirer, la coordonnatrice du LAMRAC, Laura Dénommée-Patriganni s'est rendue récemment au Centre d'interprétation de la nature du Lac Boivin à Granby qui est est aux prises avec une quantité effarante du végétal. Après la crise du verglas, le nerprun en a profité pour s'imposer sur 65 % du territoire géré par le centre.

Depuis 2014, une véritable escouade de bénévoles s'acharne sur l'arbuste afin de redonner aux arbres et plantes indigènes tout l'espace pour croître et survivre. Le nerprun bourdaine doit être déraciné sinon, même coupé, il fait de nouvelles tiges de dire M. Marois.

Cette année, la ville de Granby et le CINLB ont investi 20 000 dollars pour embaucher 4 personnes afin d'appuyer les bénévoles. L'objectif est d'éradiquer la plante et que dès 2017, il ne reste plus que 10% du territoire atteint.

Sensibiliser la population

Les bénévoles de l'escouade nerprun au lac Boivin en profitent pour sensibiliser la population.

« C'est bien beau dans votre cour,  mais il faut l'éliminer », d'ajouter René Marois. Dimanche, LAMRAC tiendra aussi un kiosque sur les plantes envahissantes lors de sa foire horticole à ses locaux de la rue Roy à Magog. 

Plus d'articles

Commentaires