Retour

Le nom de Sarah-Eve Fontaine gravé pour toujours dans l'espace public de Windsor

Le nom de Sarah-Eve-Fontaine restera pour toujours dans la vie des gens de Windsor. Un espace en son honneur, situé rue Saint-Georges en face de la 4e Avenue, a été dévoilé en présence de sa famille et ses amis mardi.

Un texte de Geneviève Proulx

Il y avait beaucoup de larmes sur les joues, de gorges nouées, mais on a entendu beaucoup de rires et on a vu des dizaines d'étreintes parmi les gens réunis pour l'occasion. Tous s'entendaient pour dire que c'était un moment marquant pour la communauté de Windsor.

La jeune femme était atteinte de fibrose kystique. Elle avait reçu une greffe de poumon en juillet 2015 qui laissait présager le meilleur pour elle. Malheureusement, un cancer est venu changer les plans et elle est finalement morte d'une double pneumonie à 21 ans. L'espace Sarah-Eve-Fontaine a été inauguré le jour même du deuxième anniversaire de son décès.

Malgré les embûches, la douleur, les traitements, les médicaments, jamais la jeune femme ne se laissait abattre. Au contraire. C'est avec une soif de vivre qu'elle s'impliquait dans sa communauté par différents projets. Entre autres, elle avait mis sur pied le projet « Opération Bal » qui avait pour objectif d'offrir à tous une location de vêtements de soirée, et ce, à prix abordable.

Et c'est de tout ça que les gens derrière ce projet ont voulu se souvenir en créant cet espace évolutif. On y trouve des bancs, une mangeoire à oiseaux, un framboisier, des bacs de fines herbes « qu'on pourrait venir chercher pour faire de la sauce à spaghetti », rigole le conseiller municipal, Gaétan Graveline. Les enfants pourront faire des dessins à la craie au sol. Les plus grands pourront admirer les oeuvres créées par les élèves de l'école du Tournesol, située tout près, dans cette galerie d'art en plein air. Le tout est enjolivé de fanions et de lumières festives.

Le concepteur de l'espace a pensé à tout. « Parce qu'il fait beau même les jours de pluie, des papillons seront dévoilés sur une plaque de béton, située à l'entrée de l'espace, lorsqu'il pleuvra », explique le conseiller municipal et instigateur du projet, Gaétan Graveline. La chose est rendue possible grâce à un produit spécial acheté aux États-Unis.

L'endroit se veut évolutif. « Tout va se transformer d'une saison à l'autre, d'un événement à l'autre. C'est la communauté qui va le prendre en charge. Il pourrait y avoir des spectacles, des lectures de poésie, du slam. Ce sont les gens qui vont s'approprier l'espace », dit-il.

Pour la maman de la vedette du jour, Annie Lussier, « Je suis émotive, mais c'est une belle journée. C'est sûr que j'ai un décompte jusqu'à l'heure de son décès. Ce qu'il se passe aujourd'hui, c'est tellement représentatif de sa vie, de son après-vie que, oui, on est triste, mais il y a de la joie, des retrouvailles. »

La maman de Sarah-Eve a été mise à contribution dans le projet. « On m'a demandé de choisir un arbre. J'ai choisi le marronnier. Il n'y en a pas à Windsor. C'est un arbre qui rappelle la dualité de la vie. C'est un arbre qui nourrit sa population, mais qui peut être aussi très toxique. C'est unique, comme Sarah-Eve et il représente l'échelle des émotions de la vie, mais que tout est correct. »

Plus d'articles