Retour

Le port du casque à vélo encensé à Sherbrooke

La présidente du comité de sécurité publique et conseillère municipale à Sherbrooke, Danielle Berthold, s'est dite surprise de la volte-face de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui ne recommande plus le port du casque à vélo.

L'INSPQ s'est dite frileuse mercredi à recommander une loi qui oblige les cyclistes à porter un casque, notamment parce qu'elle risquerait de décourager la pratique du sport.

Une telle loi entraînerait « plus d’effets négatifs que positifs sur la santé », peut-on lire dans l’avis scientifique de 177 pages. L'organisme dit toutefois continuer de prôner le port du casque sans le rendre obligatoire.

Danielle Berthold souligne que cette prise de position de l'INSPQ va à l'encontre des recommandations de trois mémoires présentés en commission parlementaire qui suggéraient l'obligation du port du casque. À Sherbrooke, le port du casque est obligatoire à vélo pour les moins de 18 ans et les impacts sont probants, selon l'élue.

« Selon Sherbrooke ville en santé, le port du casque à vélo a augmenté, la pratique s'est maintenue au même niveau et les traumatismes ont diminué, donc allons-nous enlever un règlement qui fonctionne bien? Je ne penserais pas. »

Selon les données du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), le port du casque lors d'une chute diminue de 70 à 80 % les risques de mourir d'un traumatisme crânien.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke ne donne pas de contraventions aux jeunes de moins de 18 ans qui ne portent pas leur casque. Les autorités leur remettent plutôt un casque de vélo.

Plus d'articles