Retour

Le prétendu guérisseur de North Hatley se tourne vers la Cour suprême

Prévue vendredi, la suite du procès de Jean-François Labrie, accusé de pratique illégale de la médecine, est reportée. Son avocat déposera, au cours des prochains jours, une requête pour permission d'en appeler à la Cour suprême.

Le révérend de l'église Inter-Foi, Jean-François Labrie, aurait laissé croire qu'il était autorisé à exercer la médecine lors d'une consultation, aurait aussi établi des diagnostics, en plus de prescrire des médicaments sans être titulaire d'un permis valide et approprié et sans être inscrit au tableau de l'ordre du Collège des médecins.

Dans les premiers jours de son procès, en novembre dernier, son avocat avait déposé deux requêtes en arrêt des procédures. Dans son argumentaire, Me Robert Brunet, a invoqué le secret professionnel pour demander un arrêt des procédures. « Il est soumis à son secret sacramentel confessionnel alors comme il a besoin de révéler ce qui lui a été confié pour assurer sa défense et qu'il ne peut le révéler, la seule solution prévue par les chartes est un arrêt de procédures parce qu'il ne peut pas bénéficier d'une défense juste et équitable », avait alors expliqué Me Robert Brunet.

Ces demandes avaient été rejetées par le juge qui soutenait qu'il n'y avait pas de relation spirituelle entre les clients et Jean-François Labrie et que les gens n'allaient pas le voir pour se confesser, mais plutôt pour recevoir des soins.

L'avocat a donc porté ses requêtes en appel. Toutefois, la Cour d’appel du Québec a rejeté, il y a quelques jours, ces requêtes.

Le procès reprendra le 22 juin. Le révérend fait face à 21 chefs d'accusation.

Plus d'articles