Retour

Le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire ne fait toujours pas l'unanimité

De nombreux organismes, dont Corridor appalachien, Nature Québec et le Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, dénoncent le tracé retenu par Hydro-Québec pour son projet de ligne d'interconnexion Québec-New Hampshire (Northern Pass aux États-Unis).

« Alors que du côté américain, on enfouira la ligne électrique sur 100 kilomètres pour des enjeux de conservation, au Québec on veut traverser et fragmenter des milieux naturels protégés avec une ligne aérienne de large amplitude. C'est inacceptable », peut-on lire dans un communiqué de presse publié par Nature Québec.

Les organismes demandent à Hydro-Québec d'enfouir la ligne sur une distance de 18 kilomètres au Québec

Rappelons que le projet de ligne de transmission de 320 kV vise à acheminer de l'hydroélectricité au marché de la Nouvelle-Angleterre en reliant le poste des Cantons, situé à Val-Joli, à celui de Franklin, dans l'État du New Hampshire.

Pour en minimiser les conséquences, une partie du tracé délimité par Hydro-Québec, long de 59,6 km, suit une ligne déjà existante. Les résidents situés dans cette zone ayant déjà un pylône sur leur terrain devraient ainsi en avoir un deuxième.

Audience publique

Les organisations sont aussi consternées de voir que le tracé passe sur des terrains donnés par la famille Tillotson à des fins de conservation. « Ce territoire qui totalise un peu plus de 50 kilomètres carrés vient combler une partie du déficit qu'accuse l'Estrie en superficie d'aires protégées », fait remarquer la directrice générale du Conseil régional de l'environnement, Jacinthe Caron.

« On n'est pas rendu à l'étape de détruire une forêt, on est justement à l'étape d'évaluer le projet. On est à l'étape d'audience publique. On va finir cette étape-là. Il va y avoir un rapport et après, suivant les recommandations du BAPE, le gouvernement va prendre sa décision », a pour sa part déclaré le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

Cette opposition survient alors que le Bureau d'audience publique sur l'environnement (BAPE) tiendra mercredi la deuxième partie de l'audience publique sur le sujet. 

L'audience débutera à 19 h à Sherbrooke et sera consacrée exclusivement à l'audition des mémoires, des opinions verbales et des suggestions des personnes, des municipalités, des organismes et des groupes.

Plus d'articles