Retour

Le projet de cimetière musulman à Sherbrooke est toujours en marche

La communauté musulmane de Sherbrooke souhaite toujours avoir son propre cimetière.

À l'heure actuelle, les musulmans qui souhaitent être enterrés selon les rites de l'islam doivent l'être dans un cimetière de la région montréalaise. Parfois, ils sont également rapatriés dans leur pays d'origine.

Ce projet, sur lequel travaille Abdelilah Hamdache, le président de l'Institut des mondes arabes et musulmans de l'Estrie, fait son chemin. « Les premières démarches ont été faites il y a une dizaine d'années. On a failli avoir un terrain sur la rue du 24-Juin, mais ça n'a pas marché. Il y a un an, j'ai contacté quelques cimetières à Sherbrooke comme celui de la rue Prospect qui est assez grand. Je pensais qu'on pourrait acheter une portion, mais ils nous ont dit que ce n'était pas à vendre. »

C'est certain qu'avec ce qu'il s'est passé à Québec, je ne souhaite pas que ça arrive ici, mais si c'était le cas, on voudrait être enterré dans la ville qu'on a choisie.

Abdelilah Hamdache, président de l'Institut des mondes arabes et musulmans de l'Estrie

Comme les premières démarches n'ont rien donné, M. Hamdache élargit son champ de recherche. « Au début, on cherchait plus dans la ville de Sherbrooke. Je pense que ça vaut la peine, pour accélérer les choses, d'aller voir aux alentours. C'est quelque chose dont je veux parler avec M. Sévigny ou avec des instances décisionnelles. Quels sont les terrains que l'on peut transformer en cimetière? »

À l'heure actuelle, il y a un cimetière à Laval et il y a quelques carrés achetés dans des cimetières à Brossard et à Montréal.

Plus d'articles