Retour

Le projet de voie de contournement à Lac-Mégantic ne fait pas que des heureux

L'annonce faite mardi par Ottawa, qui confirme le financement d'une partie des coûts de construction d'une voie de contournement pour sortir les trains du centre-ville de Lac-Mégantic, ne fait pas que des heureux dans la région.

Déjà, lors de consultations publiques du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) l'année dernière, des résidents des municipalités voisines de Nantes et de Frontenac avaient soulevé des objections.

Si le tracé étudié et retenu par le BAPE est finalement retenu, la voie passera dans ces deux municipalités.

La majorité des citoyens de Frontenac sont opposés à ce projet et vivent des inquiétudes soutient son maire, Gaby Gendron. Il a rencontré le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, mercredi matin à ce propos.

Le maire de Frontenac, Gaby Gendron, reconnaît que la solution finale ne pourra plaire à tout le monde, mais il exige un traitement équitable pour tous. « On entend parler tous les jours et pas seulement à Frontenac. Il y a même des gens à Lac-Mégantic qui ne veulent pas de la voie de contournement. Nous avons deux inquiétudes : où la voie de contournement passera-t-elle. Il ne faut pas qu'elle passe au milieu des terres. Si elle est obligée de passer à Frontenac, on veut que les citoyens soient dédommagés de façon équitable. On veut qu'ils soient payés le plus rapidement possible, pas en 2048 », dit-il.

M. Gendron soutient que les relations sont bonnes entre les dirigeants des trois municipalités malgré l'opposition de ses citoyens.

Une étude de faisabilité d'un tel projet est en cours et devrait être terminée en 2019. La construction de la voie de contournement pourrait commencer en 2021 ou 2022, un échéancier que n'a pas voulu confirmer Julie Morin. Le coût d'une voie de contournement avoisinerait les 130 millions de dollars.

Plus d'articles