Retour

Le soleil chaleureusement accueilli par les agriculteurs centriquois

Les rayons de soleil donnent un peu d'espoir aux agriculteurs centriquois qui font leur possible pour rattraper le retard accumulé lors des dernières semaines.

Le temps maussade des dernières semaines laissera toutefois des cicatrices qui se traduiront, dans certains cas, par des pertes inévitables.

C'est ce que craignent plusieurs agriculteurs, entre autres à Baie-du-Febvre où certaines terres ne pourront vraisemblablement être ensemencées. Les eaux du lac St-Pierre tardent en effet à quitter les champs. C'est le cas pour Mario Proulx, qui n'a toujours pas planté de semences.

La situation semble tout de même s'améliorer dans la plupart des 3200 autres entreprises agricoles du Centre-du-Québec. Les opérations dans les champs sont en majorité terminées, mais avec un retard important. « Dans une année normale, on peut anticiper que les semis sont considérés terminés autour du 25, 27 mai, cette année on a acquiescé un retard important qui nous a amené jusqu'à la première semaine de juin », explique le président de la Fédération de l'UPA au Centre-du-Québec, Daniel Habel.

Selon Daniel Habel, la plupart des 5000 agriculteurs de la région ont ensemencé avec une vingtaine de jours de retard cette année.

Les agriculteurs doivent user de stratégies pour maximiser le rendement des sols qui sera forcément à la baisse. L'Union des producteurs agricoles doit rencontrer la Financière agricole à la mi-juin pour tenter d'obtenir une aide exceptionnelle, pour une situation qui l'est tout autant.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine