L'oeuvre de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté La vieille église de Sherbrooke Est par temps de neige a finalement été vendue, mercredi soir à Vancouver, pour la somme de 383 500 $. C'est la Maison Heffel qui était chargée de sa vente aux enchères.

La toile peinte en 1913 appartenait à la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sherbrooke. La fabrique s'est résolue à la vendre aux enchères afin de financer les coûts de rénovation de l'église. Entre autres travaux, il faut refaire la façade, les clochers, les grandes fenêtres à l'avant et les planchers.

La toile était évaluée entre 100 000 et 150 000 $. C'était la conjointe de Suzor-Coté, une Sherbrookoise, qui avait offert l'oeuvre à la fabrique. Après avoir payé la commission de vente à la Maison Heffel, la fabrique Saint-Jean-Baptiste empochera près de 350 000 $.

« On est contents! On est un peu étonnés. C'est beaucoup plus d'argent que nous pensions avoir. Tant mieux! Ça va nous aider dans nos projets! Nous commencerons les travaux dès la semaine prochaine », a mentionné le curé de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, Denis Cournoyer.

C'est le président du conseil de fabrique, Daniel Audit, qui a annoncé l'heureuse nouvelle au curé. « Il avait écouté les enchères sur Skype. Il m'a appelé vers 22 h pour me dire la nouvelle. Au début, on pensait que c'était 325 000 $, mais ce matin, on a réalisé que c'était en argent américain! », raconte-t-il en riant. 

Il a été impossible de connaître le nom de l'acheteur. « Veuillez noter que l'identité de tous nos acheteurs demeurent toujours strictement confidentielle », s'est contenté de répondre la directrice de la Maison Heffel de Montréal, Tania Poggione.

Des besoins importants

L'église Saint-Jean-Baptiste est la plus vieille église catholique de Sherbrooke. « Elle a besoin de beaucoup de rénovations. Elle a presque 110 ans. Nous avons des subventions du gouvernement, mais elles exigent que les paroissiens donnent leur part », soulignait le prêtre.

Au total, le coût des travaux qui doivent être effectués dépasse les 2 millions de dollars.

Avec les profits réalisés par la vente, la paroisse Saint-Jean-Baptiste espère créer un fonds patrimonial. « Mon idée personnelle, c'est que l'on fasse un fonds patrimonial qui serait toujours là même après avoir réparé l'église pour qu'on la garde toujours en bon état. Je pense que c'est une sagesse que d'avoir toujours un peu d'argent », a expliqué le curé Cournoyer.

« Ça va nous permettre de sauver aussi un monument patrimonial et architectural de la ville de Sherbrooke. C'est un des très grands monuments de la ville. Ça va nous aider à garder ce très beau patrimoine ouvert au culte, mais aussi au public qui voudra le visiter. Il y a beaucoup d'histoire d'inscrite dans ses murs », croit-il.

À l'automne, une autre étape de la campagne de financement sera franchie. Des gens d'affaires et des familles de la paroisse seront sollicités. L'objectif financier est fixé à plus de 700 000 $. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine