Retour

Le syndicat des enseignants du Cégep de Sherbrooke promet un automne chaud

Les enseignants du Cégep de Sherbrooke ont donné le ton de la rentrée scolaire en manifestant leur insatisfaction lors d'un café-causerie organisé par la direction de la maison d'enseignement mardi matin.

Un texte de Geneviève Proulx

En négociation pour le renouvellement de leur convention collective, qui est expirée depuis mars 2015, les enseignants en ont contre certaines mesures que souhaite obtenir la direction et qui réduiraient leur autonomie professionnelle. « Nous avons un système de collégialité où on élit nos représentants départementaux et où on prend des décisions. Ce système veut être mis à mal par toutes sortes de nouvelles contraintes. La direction veut nommer nos coordonnateurs par exemple alors que ce sont nos pairs présentement. C'est vraiment un désir de surveiller et de contrôler. Nous allons nous battre contre ça », soutient le président du Syndicat des enseignants du Cégep de Sherbrooke, Steve McKay.

Le syndicat a voulu se faire voir et se faire entendre mardi matin. Des dépliants ont été distribués à tout le personnel et pendant le discours de la directrice générale, Marie-France Bélanger, des syndiqués ont déroulé une immense banderole sur laquelle était inscrit « Cégep en négo ».

Les enseignants promettent des moyens de pression au cours de la session d'automne. Pour l'instant, on ne parle pas de perturbation de cours, mais ce n'est pas exclu. 

Les enseignants se feront plus visibles lors de la rentrée des étudiants mercredi.

Un front commun des enseignants se bâtit au Québec et les syndicats inviteront leurs membres à se prononcer sur un mandat de grève. Au Cégep de Sherbrooke, une assemblée générale aura lieu le 9 septembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires