Retour

Le Théâtre Granada de Sherbrooke perd son directeur général

Le directeur général du Théâtre Granada de Sherbrooke, Alain de Lafontaine, a annoncé qu'il quittait ses fonctions en janvier prochain. Celui à qui on avait confié la mission de revamper le Théâtre il y a 14 ans, a décidé, de son propre gré, de passer le flambeau.

« La mission qui m'a été confiée en mars 2003 était évidemment de faire revivre les belles années du Théâtre en y implantant une programmation artistique, mais il y avait aussi, sous-jacente, celle de dynamiser le centre-ville de Sherbrooke. Ainsi, on a vu naître dans l'environnement du Théâtre : Auguste, Glorius, O Chevreuil, Le Boquébière, Belle et Rebelle, le Méchant Steak, Piosa et autres », dit-il fièrement.

Si certaines salles comme le Centennial et le Centre d'art de Richmond connaissent des années difficiles, Alain de Lafontaine avoue que le Théâtre Granada est privilégié de ce côté.

Depuis 14 ans, la salle n'a enregistré que deux années de déficit. Si elle n'accumule pas d'énormes profits, elle réussit à le réinvestir dans les infrastructures et dans les conditions de travail des employés, rappelle M. de Lafontaine.

« Un passionné » 

Alain de Lafontaine restera toutefois le directeur artistique pour différentes programmations, entre autres, du Théâtre Granada, des Concerts de la Cité et du Sherblues et Folk.

Pour Madeleine Tremblay, présidente du Festival concours de musique de Sherbrooke, c'était un soulagement d'apprendre qu'il conserve une partie de ses tâches.

« C'est un peu surprenant parce que dans la tête de tous les gens, Alain, il est comme marié au Théâtre Granada. C'est tellement un être passionné qui s'est donné à sa tâche à 200 %. Quand il parle du théâtre, c'est son bijou. il était vraiment attentif autant à la programmation qu'au théâtre lui-même, à l'aspect historique et aussi à la mission du théâtre au centre-ville. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine