Retour

Le tiers des rues a besoin d'une « attention immédiate » à Sherbrooke

Le tiers du réseau routier sherbrookois nécessite une « attention immédiate » de la part de la Ville de Sherbrooke, qui évalue le montant des réfections à plus de 100 millions de dollars.

Une nouvelle méthode d'auscultation du réseau routier est utilisée depuis 2016.

Un camion multifonction a caractérisé automatiquement les 869 kilomètres de chaussée à Sherbrooke grâce à de la saisie d'images numériques séquentielles et un balayage au laser pour détecter les fissurations et évaluer le confort au roulement et l'orniérage.

Les données ont permis ensuite de fournir l'indice de condition globale de la chaussée et celui de confort de roulement.

Selon les critères établis par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, c'est plus de 33 % du réseau routier qui nécessite une « attention immédiate », a dévoilé la Ville de Sherbrooke lundi.

« Globalement, l'état des chaussées s'est détérioré au cours des cinq dernières années, et ce, malgré nos investissements d'environ 10 millions de dollars par année. Les besoins sont grands et nous nous assurerons d'injecter l'argent disponible avec efficacité et efficience », a mentionné la directrice du Service des infrastructures urbaines, Caroline Gravel.

La Ville dit espérer obtenir de l'aide financière du gouvernement du Québec afin d'intervenir sur ses tronçons prioritaires.

L'indice de la condition globale de la chaussée révèle que 46 % des routes de Sherbrooke sont globalement dans un état « très mauvais » et « mauvais », tandis que 36 % du réseau se trouve dans les mêmes catégories pour l'indice de confort de roulement.

Auparavant, la Ville procédait à l'auscultation de son réseau routier grâce à une inspection visuelle par échantillonnage.

Plus d'articles