Retour

Le tracé Northern Pass d'Hydro-Québec expliqué aux citoyens de la région de Coaticook

Des citoyens d'East Hereford, près de Coaticook en Estrie, s'inquiètent de l'implantation future d'une ligne à haute tension d'Hydro-Québec sur leur territoire. La société d'État a choisi le tracé final de la nouvelle ligne de transport d'électricité qui sera construite dans deux ans.

Un texte de Geneviève Proulx

Cette ligne longera, en partie, la ligne de 450 kV existante, qui part du poste des Cantons, situé à Val-Joli, près de Windsor. Cette ligne sera reliée au poste de Franklin, dans le sud du New Hampshire.

Hydro-Québec tentera, de concert avec un partenaire américain, de décrocher le plus gros contrat d'exportation d'électricité de son histoire, en Nouvelle-Angleterre. La société d'État a annoncé, lundi, qu'elle s'alliait avec la compagnie américaine Eversource Energy dans le but de ravir l'appel d'offres de 1000 mégawatts lancé par le Massachusetts, le Connecticut et le Rhode Island, trois États qui cherchent à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre. Leur projet, d'une valeur estimée de 1,4 milliard de dollars, a été baptisé Northern Pass Transmission (NPT).

Au départ, quatre tracés étaient sur la planche à dessin pour la dernière portion entre East Hereford et le New Hampshire. La société a choisi le tracé qui passe le plus près du mont Hereford à l'ouest.

Peu importe le tracé choisi, une citoyenne est loin d'être d'accord avec celui-ci. Hélène Pariseau milite depuis longtemps contre cette ligne de transport sur ses terres. « Il y a les tensions parasites qui nous inquiètent. Nous avons une ferme laitière. Ça nuira beaucoup à notre troupeau. Ça ne sera pas loin. Au début, c'était à 500 m de ma maison. Là, ce sera à 1 km. Les tensions parasites, ça peut venir de loin. Les courants de ça, on ne sait pas ce que ça peut faire », dit-elle

Au cours des derniers mois, les 200 propriétaires touchés ont été consultés, et le tracé leur sera présenté jeudi dans une formule portes ouvertes.
« En fait, c'est celui qui nous permet le mieux d'intégrer la ligne au paysage. Elle sera presque invisible sur presque la totalité de son parcours. C'est ce tracé qui nous permettra la meilleure intégration », explique la porte-parole d'Hydro-Québec, Ginette Cantin.

La rencontre avec les citoyens aura lieu entre 14 h et 20 h au centre communautaire de Saint-Herménégilde.

Plus d'articles

Commentaires