Retour

Légalisation de la marijuana : Alain Rayes s'y oppose fermement

Le député conservateur de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes se dit déçu de l'intention du gouvernement Trudeau de légaliser la marijuana au printemps 2017.

Ce dernier est persuadé que la légalisation de cette drogue douce n'aidera pas à résoudre les problèmes liés au trafic de la marijuana.

Le gouvernement prévoit retirer du Code criminel la consommation et la possession de cannabis à des fins récréatives. Du même coup, Ottawa veut créer de nouvelles lois pour punir plus sévèrement ceux qui fournissent la drogue à des mineurs, ou qui conduisent après en avoir consommé.

« Tout le monde dans l'opposition est un peu déçu de savoir qu'elle a fait cette annonce à New York plutôt que de venir nous parler directement à Ottawa, au Canada, pour expliquer quel serait ce plan, quelles seront les actions et les mesures qui seront prises », a affirmé le député au micro de C'est pas trop tôt en Estrie.

« Ce n'est pas vrai que tout le monde est si en faveur que ça. Il y a plusieurs inquiétudes si jamais on s'en vraiment vers ça », ajoute le conservateur.

« Les enfants ne seront pas protégés »

Le gouvernement soutient que ce projet de loi empêchera que la marijuana tombe entre les mains des enfants et que les criminels en tirent profit. Une affirmation qu'Alain Rayes rejette du revers de la main.

« Ça va être impossible de faire ça. [...] Si c'est légal pour tous, tous les citoyens pourront en faire pousser chez eux. C'est autorisé par la cour. Dans ce contexte, comment va-t-on pouvoir contrôler ça pour s'assurer que les enfants n'y aient pas accès? Il y a des milliers d'études qui démontrent que c'est néfaste pour les enfants et que c'est à risque pour toutes les personnes vulnérables », rappelle M. Rayes.

Pour Alain Rayes, la solution n'est pas dans la légalisation de la marijuana.

« De plus en plus de politiciens sont en accord avec l'idée de décriminaliser. Dans le discours des gens, on dit que ça n'a pas de bon sens d'envoyer les gens en prison, ce qui est faux. [...]. C'est comme quand vous roulez à 120 km/h. C'est illégal, mais on ne vous envoie pas en prison. Vous avez une contravention. Il y a tout un processus qui est moins lourd à gérer administrativement. Ça serait déjà un premier pas qui serait intéressant et qui nous permettrait de voir comment tout le monde réagit. Je suis convaincu que si on veut avancer au niveau de la santé, il faut travailler sur les saines habitudes de vie. »

Ce dernier soutient que les organisations criminelles trouveraient tout de même une façon de tirer profit de la légalisation de la marijuana.

« Le problème sera là pareil, parce que les réseaux criminels sont là et cherchent toutes les opportunités. La cigarette est légale et ça se vend à la pelletée dans le réseau de la contrebande. Ce sont des milliards qui sont perdus par le gouvernement en taxes et impôts. On ne s'en tirera pas », affirme Alain Rayes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine