Retour

Lendemain de drame dans une ferme de Saint-Valérien-de-Milton

Les décès survenus mardi sur une ferme de Saint-Valérien-de-Milton mettent en lumière les dangers auxquels s'exposent les producteurs de porcs.

Une enquête a été ouverte, mais tout porte à croire que les deux hommes ont perdu la vie en raison des forts gaz émanant des installations agricoles. Les deux hommes sont morts après avoir sombré dans une fosse à purin. 

« C'était des gens tellement conscients de leur ouvrage, de tout ce qu'ils faisaient. Je ne comprends pas qu'un accident comme ça ait pu arriver », lance Lucienne Petit, encore sous le choc.

Elle peine à croire qu'elle ne verra plus son cousin Alain Beaudry et son jeune employé Anthony Lalumière.

« Quand j'ai su, les deux jambes m'ont plié », confie-t-elle.

Possible à éviter

Chez les producteurs porcins de la région, le drame suscite l'incompréhension la plus totale. Selon eux, les risques associés aux travaux aux abords des fosses à purin sont bien connus.

Luce Marier, une productrice porcine qui connaissait bien la victime, s'assure d'ailleurs de respecter plusieurs règles avant de s'aventurer dans ses installations.

« C'est certain qu'il faut s'assurer que la ventilation est adéquate, qu'on n'est pas dans un milieu restreint et fermé où il y a plein de lisier. Il ne faut pas être seul, mais on le voit, ça ne change rien dans ce cas-ci. Il faut être conscient de ses limites et il y a peut-être une certaine éducation à faire encore plus à ce niveau-là », soutient-elle.

S'il se garde de juger les méthodes de travail des victimes, qu'il connaissait bien, le directeur des incendies de Saint-Valérien croit que la présence d'un détecteur de gaz comme celui-ci aurait pu faire la différence.

« Le prix des équipements a baissé. Les producteurs devraient s'équiper et ne pas prendre de risques en entrant à l'intérieur pour faire une intervention rapide. Il faut protéger les producteurs », mentionne Sylvain Lussier.

Luce Marier appuie la suggestion.

« C'est certain que si ça sécurise le milieu et que ça évite des morts comme ça, ça pourrait être une bonne idée », croit-elle.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail.et la Sûreté du Québec mènent une enquête conjointe.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine