Retour

Les attaques de Paris sont peu surprenantes, soutient un expert 

Les attaques de Paris concluent une année déjà sanglante pour la France. Pour le professeur de l'Université de Sherbrooke et membre de l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent, David Morin, ces récentes fusillades étaient néanmoins prévisibles. 

« C'est une tragédie de plus, mais ce n'est pas vraiment une surprise », fait-il remarquer, toutefois étonné par l'ampleur de la situation. « Ça semble être le chaos à Paris », note-t-il.

C'est le caractère coordonné de l'opération qui retient surtout son attention. Un acte qui semble extrêmement bien planifié qui laisse à penser qu'il y aurait plusieurs individus d'impliqués.

« Malgré le fait que les services de sécurité soient sur les dents depuis près d'une année, et qu'on sache que beaucoup de ressources ont été allouées, on voit finalement qu'on n'est jamais complètement protégé contre ce genre de situation », rappelle-t-il.

Paris en alerte 

Les attaques sont d'autant plus symboliques qu'elles surviennent à une semaine du début de la Conférence des Nations Unies sur le climat, dans la capitale française. « On peut penser que Paris sera en alerte maximale », avance-t-il. Déjà moins de deux heures après les attentats, le président français François Hollande décrétait l'état d'urgence et fermait ses frontières. 

Et même s'il est « extrêmement tôt » pour le dire, il rappelle que l'objectif premier d'une attaque terroriste est toujours « de faire peur au monde ». Il insiste d'ailleurs sur un point : « À moyen ou à long terme, le terrorisme ne peut pas vaincre des sociétés et des régimes politiques comme les nôtres. »

Comme le Canada s'apprête à accueillir 25 000 réfugiés, le professeur David Morin conclut sur un point : attention aux amalgames.

« [Les réfugiés syriens], ce sont des enfants, des femmes seules, donc ce sont des gens qui ne représentent pas, dans 99 % des cas, des menaces particulières, et je peux vous garantir que pour le 1 % potentiel, les agences de sécurité canadiennes vont s'assurer qu'ils ne rentrent pas », mentionne-t-il. 

Écoutez l'entrevue de David Morin à Écoutez l'Estrie 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine