Retour

Les Cantonniers de retour à Magog avec le sentiment du devoir accompli

C'est sous les applaudissements de près d'une dizaine de personnes que les Cantonniers ont regagné l'aréna de Magog, lundi soir, après avoir conclu le tournoi de la Coupe Telus avec une médaille d'argent dimanche.

Un texte de Charles Beaudoin

Parents et familles de pension ne se faisaient pas prier pour vanter les accomplissements de la deuxième meilleure équipe midget AAA au pays.

« C'est un bagage d'expérience fantastique de compétitionner au niveau canadien. Il y a seulement 20 joueurs par année au Québec qui se rendent jusque-là. Se rendre jusqu'en finale, je leur dis un gros bravo », mentionne fièrement le père d'Isaac Béliveau, Rémi Béliveau.

Suzanne Caron, qui accueille des joueurs en pension depuis une dizaine d'années, tenait elle aussi à faire le voyage à Sudbury pour voir les Cantonniers en finale.

« Je ne sais pas si je vais être capable de revivre ça un jour. J'avais vraiment le goût d'aller voir ça et de vivre ça avec eux, parce qu'ils ont bien performé toute l'année », a-t-elle raconté.

Le président des Cantonniers de Magog, Renaud Légaré, se réjouissait du sentiment d'appartenance développé envers son équipe au fil des ans.

« C'est vraiment le fun de voir ça. Il y a aussi des gens qui se sont déplacés en nombre très correct au Théâtre Magog pour la diffusion des matchs. C'était la première fois qu'on faisait une chose semblable. Le sentiment d'appartenance cette année, on l'a vu à l'aréna, nos Magogois sont derrière les Cantonniers et on en est vraiment fier. »

Des joueurs grandis

Si les joueurs ont trouvé le trajet du retour passablement long entre Sudbury, en Ontario, et Magog, ce n'est nullement en raison de leur défaite de 5-1 encaissée contre les Hounds de Notre Dame dimanche.

« C'était long, parce que c'était presque 10 heures de route, mais ce n'est pas parce qu'on a perdu la Coupe Telus qu'on a tout perdu », assure le défenseur Zackiel Couture.

L'attaquant Charles Beaudoin, qui aspire à être repêché en deuxième ou troisième ronde lors du prochain encan de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, croit que le parcours des siens en 2017-2018 aidera tous ses coéquipiers, dont ceux qui souhaitent passer au prochain niveau.

« C'est sûr que ça va aider. On s'est fait dire par les vétérans que plus on se rendait loin, plus on avait de chances de se faire repêcher plus haut et d'avoir les yeux des recruteurs rivés sur nous. Je pense qu'on a eu un beau parcours cette année et tous les gars en sont heureux. »

« On a échappé la finale, mais peu importe, on est la deuxième meilleure équipe au Canada et on peut être fier de ce qu'on a accompli », résume-t-il.

L'entraîneur Félix Potvin, qui a participé aux séries de la Coupe Stanley et au Championnat mondial junior en tant que joueur, était quant à lui particulièrement heureux que ses joueurs puissent goûter au plus gros tournoi de leur catégorie.

« De vivre ça à 15 et 16 ans, c'est une bonne expérience. En tant qu'entraîneur, c'est aussi une première. Je l'ai vécu comme joueur, mais en tant qu'entraîneur, c'est un peu différent. On est content de le vivre, mais surtout heureux de le faire vivre aux jeunes et de voir leurs réactions. C'est une belle année qu'on vient de passer. »

Plus d'articles