Retour

Les enfants de Liverpool : rencontre entre l'auteur Hugues Corriveau

C'était en 1993. Un petit garçon de deux ans, James Bugler, est kidnappé, torturé, puis tué par deux jeunes âgés de dix ans. Cette histoire d'horreur, mais vraie, c'est celle qu'a choisi de raconter Hugues Corriveau dans Les enfants de Liverpool. Une histoire où les petits assassins ne sont plus les seuls en cause. 

« Pour moi, profondément, l'enfance est un terrain ou un univers qui ne repose pas sur la joie et le plaisir. Et cette histoire m'a vraiment interpellé, au point que j'ai eu le goût d'en parler. Et de voir auprès des petits assassins quelle était la part d'humanité qui leur restait et quelle était la part de responsabilité sociale qui était en jeu dans un tel cas », explique l'écrivain.

Ce qu'Hugues Corriveau veut, c'est susciter la réflexion. Son récit est difficile, mais nécessaire pour « jeter un regard sur ce qu'une société peut faire à des enfants ». C'est au lecteur d'utiliser son livre pour se remettre en question, avance-t-il. 

« Il faut se confronter autant à la misère des femmes qu'à la misère des enfants. Et pour se confronter, il faut lire ce genre de livre, qui est un coup de poing, mais qui est peut-être aussi un coup de cœur à la fin », espère-t-il.

Hugues Corriveau sera au Salon du livre de l'Estrie samedi. Voyez l'entrevue qu'a réalisée avec lui notre journaliste Anik Moulin. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine