Le territoire des graffiteurs s'agrandit à Sherbrooke. La piste cyclable sous le carrefour giratoire des boulevards de Portland et Industriel sera ornée d'oeuvres urbaines d'ici le 15 juillet.

Texte et photos de Carl Marchand

Dix artistes de Sherbrooke se mettront au travail au cours des prochains jours sous le thème de l'environnement et du transport urbain.

Même si le nouvel emplacement est loin du centre-ville, des tags et des graffitis « indésirables » s'y trouvent déjà. Raison de plus, dit la Ville, pour permettre à des artistes sélectionnés de réaliser leurs projets.

En 2011, Sherbrooke a créé un comité pour permettre aux graffiteurs de s'exercer dans certains endroits désignés. Un pari qui porte ses fruits, assure-t-on.

« Je pense qu'on est en train de gagner la partie parce qu'on voit une diminution des plaintes et des coûts d'entretien depuis cinq ans », soutient Chantal L'Espérance, conseillère municipale responsable du comité tags et graffitis.

« Ça devient beaucoup plus intéressant que faire ça à la sauvette pour éviter d'être pris par les policiers. »

« J'apprécie le fait que la Ville ait cet argent-là », a confié l'artiste Ultra-Nan, ajoutant que ce type de formule est plutôt rare dans l'art urbain.

Le projet est évalué au total à 75 000 $.

Des exemples de graffitis réalisés dans le cadre du programme

La bretelle d'accès au boulevard des Grandes Fourches

Le mur d'Estrie-Aide

Les dessous du pont Montcalm, près du lac des Nations

Plus d'articles

Commentaires