Dès lundi, des infirmières du CIUSSS de l'Estrie-CHUS porteront un autocollant sur leur uniforme sur lequel sera inscrit « J'ai mon quota ». Elles en ont fait l'annonce lors du conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie-CHUS jeudi soir. Plusieurs étaient présentes pour rappeler aux membres du C.A. qu'elles sont exaspérées.

Le port de cet autocollant est une façon de faire passer le message auprès des citoyens, des patients, mais aussi du personnel et de la direction du réseau de la santé. « C'est difficile de pousser des dossiers actuellement au niveau des ressources humaines. On a eu une problématique majeure au niveau des effectifs à l'Hôtel-Dieu. Il y a eu des professionnels en soins qui menaçaient de sortir en sit-in toutes les fins de semaine depuis un mois. Il a fallu que j'insiste pour obtenir une rencontre avec la dotation. On a finalement eu des solutions qui seront durables. Mais il faut insister souvent pour se faire entendre », explique la présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l'Est, Sophie Séguin.

Note de service décriée

Les infirmières présentes au conseil d'administration ont également dénoncé une note de service de la direction dans laquelle on indiquait que les infirmières qui refusaient de faire des heures supplémentaires obligatoires pourraient être sanctionnées. « Normalement, le temps supplémentaire obligatoire, ça doit être exceptionnel et non prévu. En ce moment, on remplace des vacances, des absences maladie, des absences long terme [par les heures supplémentaire obligatoire]. Ce n'est pas comme s'il y avait deux ou trois accidentés. Les gens ne se poseraient même pas la question. Ils sont généreux et professionnels : ils vont rester le temps de stabiliser les patients. C'est rendu que c'est tous les jours, il manque du personne. »

Plus d'articles