Retour

Les jeunes péquistes rejettent deux propositions controversées

Les esprits se sont échauffés, dimanche matin, au Congrès du comité national des jeunes du Parti québécois (PQ), qui ont rejeté en bloc l'idée d'interdire le port des signes religieux pour tous les employés du secteur public et parapublic pendant leurs heures de travail.

Cette proposition, qui consistait essentiellement à reprendre les aspects controversés de la charte des valeurs du gouvernement Marois, a entraîné un débat passionné dans la salle de congrès de Victoriaville.

« Cette proposition-là, à mon sens, ce n'est pas de la laïcité, c'est d'une certaine façon, jouer le jeu des racistes. Qui on va attirer au Parti québécois avec cette proposition-là? », a lancé sous les huées le délégué Laurent Constantin, devant une centaine de jeunes péquistes réunis dans une salle de congrès de Victoriaville.

Seulement une quinzaine de péquistes ont voté en faveur dans la salle qui comptait une centaine de délégués.

« On est Québécois avant tout. C'est de cette façon que nous réussirons à inclure dans la société tous les Québécois de quelque origine qu'ils soient », a exposé Nicolas Turcotte, de l'association des Laurentides, qui avait avancé cette proposition pour le congrès.

Le débat a dû être prolongé pour permettre à plus de délégués de s'exprimer. Marc-André Bouvette, le nouveau président du Comité national des jeunes du PQ, et Ariane Cayer, la présidente sortante, se sont prononcés contre la proposition.

« Les gens sont tannés, les gens ont envie qu'on règle cette question-là une fois pour toutes et là nous, on a l'odieux d'aller secouer ça encore? Les gens ne sont plus capables », a lancé Mme Cayer.

Les jeunes péquistes ont aussi rejeté la proposition d'appliquer la loi 101 au collégial, ce qui rejoint la position du chef du péquiste, Jean-François Lisée, à ce sujet.

Ils ont adopté plusieurs résolutions, dont celle de diminuer le financement public versé aux écoles privées et celle d'instaurer un processus de destitution contre les députés accusés au criminel.

« Électrochoc »

Lors de son discours devant les jeunes militants, le chef du Parti québécois est prêt à se « donner un électrochoc » pour se renouveler et accueillir plus de jeunes, a assuré ce dernier.

Jean-François Lisée a salué les suggestions des jeunes et a tenu à leur dire que le PQ allait bel et bien se réformer pour attirer une large coalition de membres.

Le conseiller spécial du chef, Paul St-Pierre-Plamondon, a publié récemment un rapport dans lequel il disait que les jeunes étaient « trop peu » nombreux au PQ. Seulement 16 % des membres sont des jeunes.

Le rapport était « dérangeant », a reconnu Jean-François Lisée, qui a assuré que le PQ écoutera davantage et agira pour « continuer d'être à l'avant-garde de l'implication et du militantisme ».

Assemblée nationale

Cette proposition sur la laïcité a fait beaucoup parler alors que les débats sur les accommodements religieux ont ponctué les débats à l'Assemblée nationale la semaine dernière. Le premier ministre, Philippe Couillard, a d'ailleurs récupéré cette nouvelle, samedi, pour prouver que le consensus de l'opposition n'existait pas.

Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire demandent au gouvernement Couillard d'interdire le port des signes religieux seulement pour les fonctionnaires en position d'autorité.

Les jeunes péquistes se prononcent dimanche matin sur plusieurs autres propositions. Ils ont notamment adopté une proposition afin d'instaurer un mécanisme de destitution pour les députés et les élus municipaux qui sont formellement accusés d'un acte criminel.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine