Retour

Les mesures de sécurité seront renforcées au département de psychiatrie de Granby

La direction du Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska a rencontré jeudi une dizaine de psychiatres inquiets. Des failles dans le système de sécurité de l'établissement étaient à l'ordre du jour.

Cette rencontre survient à la suite d'un événement récent qui aurait pu mal se terminer. Le 2 février, au cours d'une consultation, un patient a commencé à se masturber devant la psychiatre Nancy Bédard et s'est approché d'elle. Elle a appuyé sur un bouton de panique, mais personne n'a répondu à l'alerte.

C'est après avoir composé le code blanc au téléphone (qui signale un danger) que les secours sont arrivés. Mais, ils n'ont pas été en mesure de trouver le local d'où provenait l'appel. Entretemps, la psychiatre a eu le temps de sortir. 

L'événement, heureusement sans conséquence, a suscité des craintes chez les psychiatres affectés à ce pavillon. Une situation qu'ils ont décidé de dénoncer.

La rencontre organisée jeudi en présence d'un représentant de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) et a été qualifiée de positive par les participants.

Le plan retenu prévoit notamment de remettre en fonction la caméra de surveillance, de reprogrammer les boutons panique et potentiellement d'installer des fenêtres dans les bureaux.

Les psychiatres espèrent que ces mesures seront rapidement mises en place. La direction veut bien évaluer les recommandations avant de procéder, mais promet d'agir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité