Retour

« Les ponceaux brûlent au sud du Québec » : le rapport Charbonneau revient sur le stratagème des Ponceaux de l'Estrie

Le rapport de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction dévoilé mardi revient sur la série d'incendies criminels qui a visé en 2010 des entreprises de tuyaux de ponceaux en Estrie, en particulier celles du groupe Gestion J. Anctil.

Selon le rapport de la commissaire France Charbonneau, c'est l'entreprise Les Ponceaux de l'Estrie qui est à l'origine de ce stratagème. L'entreprise est alors dirigée par Raymond « Ray » Coulombe et sa conjointe, Gail Wheeler, qui s'occupe de la gestion quotidienne. 

L'impact est encore plus important pour Gestion J. Anctil, « visé à répétition ». « L'ensemble des pertes frôle le million de dollars », est-il précisé dans le rapport, dans la section « Les ponceaux brûlent au sud du Québec ».

Entre avril 2010 et mars 2011, les commerces des Groupes Anctil, de Roger Dion & Fils, à Saint-Alphonse-de-Granby et Mini-Excavations G.A.L., une entreprise de Lac-Brome, ont été visés par des incendies commandités par Ray Coulombe et Gail Wheeler.

Ils sont aidés dans leur entreprise par Richard Robert. Tous les trois sont arrêtés le 21 juin 2011, un an après le lancement de l'opération Hégémonie. Ray Coulombe est mort en 2012, avant d'être jugé.

Passage de Jocelyn Anctil à la commission Charbonneau 

L'homme d'affaires Jocelyn Anctil a témoigné devant la commission Charbonneau en septembre 2013. Il raconte alors avoir vécu avec difficulté ce régime d'intimidation. Selon son témoignage, ses problèmes ont commencé en 2007, lorsqu'il a pris de l'expansion.

Il a été soulagé au lancement de l'opération Hégémonie, mais affirme avoir eu de nombreux problèmes avec ses assurances. Sa prime a notamment augmenté de 35 %. Il estime ses pertes à près de 900 000 $.

Plus d'articles

Commentaires