Retour

Les propriétaires de VR se sont fait entendre par la Ville de Sherbrooke

Plus de 200 citoyens, dont une majorité de propriétaires de véhicules récréatifs, ont assisté à la troisième consultation publique sur la refonte règlementaire de la Ville de Sherbrooke.

Les propriétaires répondaient ainsi à l'appel de l'Association de camping et de caravaning (ARCC) du Centre-du-Québec et de l'Estrie, indisposée par une modification au règlement qui leur interdirait de stationner devant leur résidence privée. 

Si cette disposition entre en vigueur, les propriétaires devront stationner leur véhicule récréatif (VR) qui mesure plus de 2,4 mètres sur le côté ou à l'arrière de la maison et non plus à l'avant de leur maison.

Le citoyen François Villeneuve a demandé aux représentants de la ville ce qui l'avait motivée à présenter une telle modification au règlement. 

Selon le directeur par intérim du Service de la planification urbaine et du développement durable, Michael Howard, plusieurs plaintes ont été formulées par les citoyens. 

« Les plaintes sont surtout localisées dans les secteurs où on a des maisons en rangée. Il y a des personnes qui ont des gros motorisés, on parle de 40 pieds, qui stationnent ça devant les maisons », note-t-il. 

En « mode écoute »

La conseillère municipale et président du comité consultatif d'urbanisme, Nicole Bergeron, a ajouté que la décision pour le conseil municipal avait été « difficile » à prendre, mais que la Ville reste « en mode écoute ». 

Une rencontre est d'ailleurs prévue entre la Ville et le représentant de l'ARCC la semaine prochaine.

Un problème difficile à régler, dit l'ACRR

D'autres citoyens ont évoqué durant la rencontre avoir un « problème » avec la modification au règlement. Plusieurs ont parlé d'un manque d'espace pour stationner leur VR, d'autres d'un manque de fonds pour la construction d'un autre stationnement pour leur véhicule. 

« La solution dont les gens parlent présentement, c'est de vendre leur équipement », affirmait plus tôt en journée le président régional de l'ARCC, Guy Boutin.

Selon lui, 90 % des propriétaires de véhicules récréatifs seraient touchés par cette nouvelle règlementation. Il s'agit toutefois d'une « déduction » et non d'un décompte officiel, a-t-il confié en entrevue à Écoutez l'Estrie.

Il craint également que la règlementation ait un impact sur la vente de VR et pour les terrains de camping.

En entrevue à Écoutez l'Estrie, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny a lui aussi invité les citoyens à faire part de leur mécontentement. « S'il y a des choses à dire à ce moment-ci, c'est vraiment le moment de le dire », souligne-t-il.

Plus d'articles

Commentaires