Retour

Les requins, une espèce à protéger, rappelle le Zoo de Granby

« On veut souligner d'un côté qu'ils ont une mauvaise image, mais aussi que, ce qui est méconnu du public, c'est qu'il y a une surpêche du requin qui se produit dans tous les océans. On est en train de vider les océans des requins et ça va amener plusieurs problèmes dans le futur » déplore Carl Rivard, un gardien d'animaux du Zoo de Granby.

D'après un reportage de Marie-Hélène Rousseau

Le 14 juillet marque la journée internationale des requins, une occasion pour le Zoo de Granby de rappeler que sept espèces de requins vivent au Québec et qu'il importe de les protéger. En plus de la pêche abusive, les requins sont également menacés par les déchets déversés en mer et les changements climatiques.

« C'est eux qui sont en haut de la chaîne alimentaire dans les océans et qui gèrent la population en dessous, explique Carl Rivard. Si on enlève les requins, les bancs de poissons qu'on pêche sont moins bien nettoyés, donc il y a plus de poissons malades ou blessés »

Deux espèces de requin sont hébergées au Zoo de Granby, qui tient également un centre de recherches sur les squales. Radio-Canada a assisté à un examen de routine vendredi où chaque spécimen est appelé à tour de rôle à l'aide d'un sifflet et d'une cible qu'il peut reconnaître.

« L'objectif, c'est de faciliter les examens physiques, que ce soit d'inspecter les nageoires pour s'assurer qu'il n'y a pas de morsures amicales entre eux, les mesurer, les peser et éventuellement faire des prises de sang. De cette façon, l'animal n'est aucunement contentionné, il n'y a aucun stress et c'est totalement volontaire, tout ça pour quelques bouchées de poisson. »

Plus d'articles

Commentaires