Retour

Location de terre : un projet de retraite tourne au cauchemar

Jean-Pierre Laroche a fait l'acquisition d'une terre à Danville en 2003, en rêvant d'en faire son projet de retraite. Avant de s'y installer, il décide de louer sa ferme. L'expérience tourne vite au cauchemar quand la Sûreté du Québec mène une perquisition sur place et découvre plus de 1000 plants de cannabis. Jean-Paul Laroche a été acquitté, mais il doit maintenant payer 25 000 $ en frais d'avocats.

En novembre 2015, la Sûreté du Québec perquisitionne la propriété que M. Laroche louait à un homme de Montréal. Il se trouve que ses locataires y cultivaient du cannabis. Jean-Paul Laroche est alors accusé de production de marijuana en vue d'en faire le trafic, même s'il affirme qu'il n'a jamais rien vu lorsqu'il inspectait sa ferme.

Une longue saga judiciaire

Les 16 mois qu'aura durée la saga judiciaire n'auront pas été sans conséquence pour lui et sa famille. Sa femme, Thérèse, en témoigne : « J'en ai eu des épreuves au cours de ma vie, mais ça, c'est ce que j'ai trouvé de plus dur à vivre. »

Faute de preuve, Jean-Paul Laroche a été acquitté le 6 avril dernier, mais tout n'est pas encore terminé.

La propriété de Danville a été saisie par la justice. Les locataires eux ont été reconnus coupables.

Quand des activités criminelles ont lieu sur un terrain loué, le propriétaire n'est pas automatiquement considéré comme complice. L'avocat Jean-Guillaume Blanchette y va d'une recommandation : « La seule précaution que je leur demande de faire, c'est d'abord de faire un bail en bonne et due forme ».

Jean-Paul Laroche et sa femme ont maintenant comme projet de retraite de donner du temps à leur communauté, mais surtout d'oublier les 16 derniers mois qu'ils viennent de vivre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine