Retour

Lutte aux algues bleu-vert : Bromont prête à aller de l'avant avec le Phoslock

Dans un ultime effort pour sauver le lac Bromont, la Ville de Bromont amorcera cet automne le déversement de Phoslock dans son plan d'eau pour enrayer la prolifération des algues bleu-vert.

Le Ville vient d'obtenir la certification du ministère de l'Environnement qui lui permetra de verser dans le lac 175 tonnes du produit composé d'argile et de lanthane, qui a pour fonction d'emprisonner le phosphore contenu dans le plan d'eau. Le phosphore contribue à nourrir les algues et du même coup à leur prolifération.

« Les projets de restauration de lacs sont des solutions de dernier recours », précise toutefois Anne Joncas, présidente du conseil d'administration d'Action conservation du bassin versant du lac Bromont.

Cinq années d'études en collaboration avec l'Université du Québec à Montréal ont été nécessaires avant d'en venir à cette solution, qui a fait ses preuves dans plusieurs pays. Il s'agira toutefois d'une première au Québec, puisque le Phoslock n'a encore jamais été utilisé dans un lac de la province.

« Les recherches ont démontré que même si on cessait tous les apports en phosphore, qui sont la cause principale des cyanobactéries, il était impossible de renverser le processus », ajoute Anne Joncas.

La plage du lac Bromont est fermée 10 à 15 jours par été en raison de la présence de cyanobactéries dans l'eau. L'épandage sera assumé par la municipalité et coûtera 615 000$.

« On a le privilège d'avoir un lac au centre de notre municipalité. Les gens viennent pour la baignade, pour le kayak et pour le paddleboard. Le fait d'avoir un lac en bonne santé fera qu'il y aura encore plus de gens intéressés à venir se baigner et profiter de cette belle nature qu'on a en plein coeur de Bromont », mentionne Diane Perron, mairesse suppléante à la Ville de Bromont.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine