« Madame Bou », personnage mythique du centre-ville de Sherbrooke, est décédée.

Un texte de Carl Marchand et Guylaine Charette

Francine Lafond, de son vrai nom, a été retrouvée sans vie, vendredi, dans son logement de la rue Wellington Nord. Elle devait son surnom à son habitude de dire « Bou » aux passants du centre-ville qu'elle souhaitait prendre par surprise.

Un personnage mythique

La femme était un personnage important du paysage urbain à Sherbrooke. Elle était une habituée de plusieurs commerces, dont la microbrasserie Le Boquébière, où une bière, La Bou, porte son nom.

Une page Facebook a également été créée en son honneur il y a plusieurs années. Plus de 10 000 personnes y sont abonnées. 

Une voisine de l'immeuble, Sahar Elias, la côtoyait régulièrement. Madame Bou « était toujours de bonne humeur », dit-elle.

« J'aurais voulu savoir son secret »

Tous les habitués du centre-ville diront la même chose. Julien Beaulieu n'a que de bons mots à son endroit. L'étudiant en droit, comme bien de ses camarades qui fréquentent le centre-ville, s'est fait surpendre à plus d'une reprise, sans jamais s'être senti menacé.

Il y a une semaine, il a mis en ligne un vidéoclip sur Youtube baptisée Les ballons blancs. Il s'agit d'un conte librement inspiré de Madame Bou, un hommage vivant à la joie qu'elle répandait autour d'elle. Il ignorait son véritable nom, comme la majorité des gens.

Source: YouTube/Julien Beaulieu

Une veillée aux chandelles est organisée lundi, à 21 h, devant les marches de l'hôtel de ville de Sherbrooke, pour lui rendre hommage.

Avec la collaboration de Mélissa Fauteux

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards