Retour

Maintenant possible d'étudier au cégep à Asbestos

C'est le début des cours pour les étudiants de la première cohorte du nouveau point de services du Cégep de Sherbrooke à Asbestos. L'établissement d'enseignement y offre un parcours de formation générale appelé Tremplin DEC.

Le projet est en développement depuis plus de trois ans et vise à lutter contre le décrochage scolaire, mais aussi à mettre un frein à l'exode des jeunes à l'extérieur de l'Estrie.

Pour cette première session, une quinzaine d'étudiants suivront donc des cours de français, d'anglais, de philosophie et d'éducation physique donnés par quatre enseignants du Cégep de Sherbrooke. Les cours sont offerts dans des classes de la Commssion scolaire des Sommets.

La réalité économique difficile d'Abestos rendait d'autant plus importante la nécessité d'offrir des services d'éducation collégiale de proximité. « On voulait qu'ils aient une perspective qui va plus loin que le cinquième secondaire, près de chez eux. Je pense que ç'a été accueilli comme une bouffée d'air frais. C'est quelque chose de stimulant que le cégep se rapproche d'eux et qu'on leur démontre de l'intérêt. Ils ont vu ça comme une marque de considération pour eux aussi », croit la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.

Bonne idée disent les étudiants

Le projet est bien accueilli par les étudiants qui n'y voient que des avantages. « Je n'ai pas eu besoin de déménager, de payer un loyer, d'avoir une auto. Je peux rester chez mes parents et venir en vélo », donne en exemple, Anryka Marcotte. « On est avec des gens qu'on connaît. C'est plus facile de poser des questions au prof », soutient, pour sa part, Mahigan Mercier. 

Le projet est financé par une subvention récurrente de 32 500 $ du gouvernement du Québec. Pour l'instant, le Cégep de Sherbrooke n'a pas d'autres projets du genre sur la table à dessin.

Plus d'articles

Commentaires